1755 au Party Retrouvailles : un retour aux sources à la belle étoile

Le groupe 1755 fait des tests de son, vendredi après-midi sur le campus de Moncton. Photo : Le Front

Le groupe 1755 est la tête d’affiche de la rentrée universitaire cette année. Le spectacle sera à l’extérieur, une première sur le campus depuis 2011.

Nommé le Party Retrouvailles, ce premier spectacle de l’année réunit les groupes 1755, Réforme et Mounk’ap.

L’organisation est assurée par la Fédération des étudiants et étudiantes du campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM).

L’évènement sera ouvert à tous les groupes d’âges et la foule sera divisée en deux sections, alcoolisée et non-alcoolisée.

Le spectacle sera donné en plein air ce soir à 20h sur le terrain entre le Pavillon Jean-Cadieux et le Centre étudiant de l’Université de Moncton. C’est le premier spectacle extérieur depuis 2011.

1755 : Un arrêt parmi d’autres pour la tournée des 40 ans

Suivant l’intérêt accru pour recevoir le groupe musical 1755, Mélanie Clériot, agente de développement social à la FÉÉCUM, a réussi à rejoindre le groupe au sein de leur tournée, à l’occasion de leur 40e anniversaire:

« C’était vraiment parti d’une demande [du conseil] exécutif, de faire venir 1755, » explique cette dernière.

C’est grâce aux contacts artistiques de l’agente de développement social qu’ils ont réussi à rejoindre les vedettes.

« Ils ont annoncé que c’était leur tournée de 40 ans et qu’ils allaient un peu partout dans la province. […] Sachant qu’ils venaient déjà à Shédiac et à Moncton pour Acadie Rock, on les a juste approchés pour qu’ils restent dans le coin et qu’ils fassent le show de la rentrée aussi. »

– Pascale Joëlle Fortin, vice-présidente interne de la FÉÉCUM

La FÉÉCUM et le Service des loisirs socioculturels a installé les clôtures pour le spectacle, jeudi.

Spectacle en plein air: une première depuis 6 ans

Concernant la sécurité et la consommation d’alcool, l’aspect extérieur du spectacle comprend un certain protocole à suivre.

C’était toutefois plus pratique, puisque la FÉÉCUM s’attend à un public plus grand qu’à l’habitude.

« On sait qu’avec 1755, il y a plus d’étudiants qui vont venir qu’habituellement, alors on n’a pas vraiment la capacité de le faire à l’intérieur sur le campus », explique Mélanie Clériot.

Contrairement aux spectacles tenus à l’intérieur, les mineurs peuvent y assister puisque le terrain sera divisé en sections alcoolisées et non-alcoolisées.

« Faire des zones à l’intérieur d’une salle de spectacle, c’est quand même très compliqué. On l’a fait déjà dans le passé avec un système de bracelets, mais on s’est rendu compte que ça ne marchait pas vraiment »

– Mélanie Clériot

La FÉÉCUM choisit donc de réserver l’accès aux activités intérieures qui comprennent de l’alcool aux personnes d’âge légal.

Dans le cas du spectacle de 1755, l’espace et l’ouverture du terrain donnent beaucoup plus de liberté dans l’organisation.

« C’est la principale différence de le faire dehors, c’est vraiment pour nous de pouvoir permettre à nos étudiants, surtout de première année, de venir à ce spectacle. »

Un bar extérieur sera ouvert, géré par Le Coude, pour les spectateurs d’âge légal. Des billets seront vendus dans la section alcoolisée à cet effet.

Pour les mineurs, un kiosque de crème glacée et de boissons non-alcoolisées sera disponible.


1755 et la nouvelle génération

C’est le retour aux sources pour Roland Gauvin et Pierre Robichaud, deux membres du groupe 1755 en entrevue avec CKUM et Le Front.

« On a tous eu nos débuts ici, [à l’ancien bar] Le Kacho. On a tous pas mal étudié ici, on est vraiment tous passés par ici. On a fait le party d’entrée pis on a vu d’autres orchestres jouer le party d’entrée dans ce temps-là; on est pas mal privilégiés de venir ici ce soir »
– Pierre Robichaud, chanteur et guitariste du groupe

De son côté, Roland Gauvin a avoué s’intéresser à voir s’il y a « autant de fierté dans l’air qu’il y en avait dans ces années-là au Kacho. »

« Quand on callait un party, c’était un party. On veut voir ça cette année, on veut voir les jeunes acadiens et acadiennes qui sont sur le campus, qui amènent les autres qui viennent d’ailleurs pour leur montrer vraiment c’est quoi une fête avec l’esprit acadien, pis les accueillir sur le campus, même si qu’on a beaucoup de gens d’ailleurs. »

– Roland Gauvin, chanteur et guitariste de 1755

Le groupe n’a jamais cessé de prendre plaisir à jouer pour les foules acadiennes.

« On est chanceux de jouer pour plusieurs générations de gens. On voit des grands-parents avec des petits enfants pis toutes les générations entre les deux, pis tout le monde chante les paroles des chansons. Ça fait vraiment chaud au coeur. C’est spécial pour nous autres; on était cinq gars qui ont commencé ça dans le temps pour avoir du fun, pis on a encore du fun! »

– Pierre Robichaud, chanteur et guitariste

Les prix d’entrées sont de 10$ pour les étudiants du campus de Moncton sur présentation de la carte étudiante aux guichets d’entrée. Pour les étudiants en dehors de l’Université de Moncton, c’est 20$, et 30$ comme admission générale.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger