1999 au FICFA : de grandes émotions au rendez-vous ce soir

Le long-métrage documentaire 1999 parle de la vague de suicides qui a eu lieu à l’école Mathieu-Martin de Dieppe. Photo : 1999/Gracieuseté

Samara Grace Chadwick avait une vision claire : elle voulait réaliser un film documentaire sur la vague de suicides de l’école Mathieu-Martin en 1999. Après avoir quitté Moncton à la suite de ces évènements tragiques pour voyager partout dans le monde, elle fait ses premiers pas en tant que réalisatrice d’un long métrage.

Elle a travaillé 15 ans en faisant du montage, du son et de la programmation de festival, mais n’a jamais réalisé de documentaire.

Récemment, Samara retourne à Moncton pour se replonger dans les souvenirs de cette triste époque. Partant à la rencontre de gens qui ont été témoins des évènements, la douleur est toujours bien présente malgré 16 ans d’écart entre 1999 et 2017. La réalisatrice souhaitait ne pas faire revivre les évènements douloureux, mais plutôt de donner une perspective des souvenirs des gens qui ont vécu ce traumatisme.

« J’pense que je m’intéresse à comment on se souvient des choses. Déjà, je n’ai pas beaucoup de souvenirs de cette époque-là. C’est en discutant avec un ami à nous, André Bourgeois, qui a été à l’école en même temps que moi. À un moment donné, tard le soir, on a juste commencé à parler à propos de “high school”, on a réalisé que mes souvenirs pis ses souvenirs, ce n’étaient pas la même chose »

– Samara Grace Chadwick, réalisatrice du film documentaire 1999

« Le fait d’en parler, ça soulage. Les traumatismes qui n’ont pas été digérés deviennent des blocages. Le fait de les travailler, ça permet d’exister de les exister, ça le flow. Ça fait du bien. »

Tous les billets partis

La réalisatrice s’attend à beaucoup d’émotions ce soir, une soirée qui affiche déjà complet au Théâtre Capitol.

Une salle comble n’était pas prévue chez les organisateurs du Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA). D’ailleurs, les billets se sont envolés rapidement dès l’annonce du film.

À LIRE / ÉCOUTERLe Front et CKUM au FICFA 2017

« On s’attendait à avoir une bonne salle, puis il y avait un bon intérêt de la part du public. Par contre, on ne s’attendait pas de faire complet. Très heureuse de voir que son film, avant même qu’il fasse carrière, ait un grand intérêt. »

Comme le film est présenté en avant-première aux gens de la région de Moncton, Samara sent déjà la tristesse qui s’emparera chez les cinéphiles. Elle prévoit beaucoup d’émotions après la diffusion du film.

« Oui les gens vont pleurer ce soir, puis beaucoup de gens ont vu le film, ils ont l’option de le voir, ça fait que déjà, ça crée un soulagement. »

À propos
Journaliste CKUM

Anthony Azard est journaliste pour la radio communautaire CKUM. Il entame sa deuxième année du programme d’Information-communication. Il anime Le Point: édition du matin, du midi et du vendredi et couvre l’actualité du sud-est du Nouveau-Brunswick. Depuis 2016, il est aussi collaborateur occasionnel à l’émission « La Route des 20 » sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger