L’organisme Enviro-Plus : la vente de meubles pour le bien de la communauté

par Samuel LeGresley
 
Acheter des meubles à bas prix, tout en aidant les moins nantis : quoi de mieux ? Il y a 18 mois, Léo Johnson, membre actif de la communauté, a pris les rênes du démarrage d’un organisme dans le but d’aider les gens dans le besoin. Ainsi est né l’atelier Seconde Chance, offrant une formation de 12 à 26 semaines visant à réhabiliter ceux qui se retrouvent sans emploi pour les aider à sortir du bien-être social. La boutique de meubles Enviro-Plus a donc été fondée en même temps, afin de ramasser des fonds pour ces formations.
 
Des meubles refaits à neuf, pour pas cher
 
Dans ce magasin, les gens de la communauté font don de leurs anciens meubles qui se retrouveraient autrement au dépotoir : ceux-ci sont passés à l’aspirateur, récurés et nettoyés à vapeur. Si les meubles ont besoin de réparation, ils sont envoyés à l’atelier de menuiserie d’à côté, où des professionnels en menuiserie et en rembourrage s’affairent à redonner aux objets leur gloire d’antan. Ces meubles sont donc revernis, rembourrés, solidifiés et remis à neuf, souvent rééquipés de meilleurs ressorts et coussins. 
Selon Léo, les meubles refaits à son atelier à prix modique sont de bien meilleure duSL_EnviroPlus01_20nov14rabilité que ceux achetés dans les magasins ; il montre une chaise en train de se faire rembourrer, contrat d’une cliente : « C’est un ancien sofa. Elle (la cliente) a grandi sur ce divan, j’imagine qu’elle a sauté dessus plus qu’une fois. C’est sentimental pour elle, donc elle est venue ici pour qu’on le rembourre et qu’on le tapisse. J’assure que ça va être moins cher de le faire ici que d’en acheter un neuf à un grand magasin, pis ça va certainement durer plus longtemps ». Il assure donc que ces meubles soient refaits avec le plus grand soin, pour une fraction du prix des meubles neufs du commerce.
 
Enviro-Plus, située 212 rue Halifax, est une boutique où l’on retrouve une grande sélection de meubles: « On a un beau problème », explique M. Johnson alors qu’un monsieur passe pour offrir une pile de pattes de table en chêne. « Le monde est généreux, mais on n’a pas de place à le mettre. On paie déjà assez cher pour la location, on veut pas aller trop vite pis louer plus d’espace quand on pourrait investir dans notre programme. » En effet, le rangement est plein de meubles qui attendent une réparation, mais M. Johnson préfère investir dans les ateliers de formation au travail plutôt que de louer plus d’espace.
 
L’aide à la communauté
Enviro-Plus est une entreprise sans but lucratif : Léo Johnson est un homme qui vit pour aider les autres, ayant été bénévoSL_EnviroPlus03_20nov14le à la Maison Nazareth – un service d’hébergement pour les gens dans le besoin – pendant une trentaine d’années. C’est d’ailleurs là où lui est venue l’idée, celle d’aider les gens à se trouver un travail en ramassant le l’argent pour des formations de réintégration. 
 
Ceux qui travaillent au magasin sont tous bénévoles, à l’exception des deux instructeurs-menuisiers et des employés venus du programme Seconde Chance. D’ailleurs, M. Johnson est à la recherche de bénévoles qui désireraient aider; il ajoute que plusieurs employeurs cherchent pour des gens impliqués. Le magasin est ouvert au grand public, donc n’importe qui peut s’arrêter quelques minutes et assouvir ses besoins en ameublement : du lundi au vendredi de 10 h à 17 h et le samedi de 9 h à 12 h.

Partagez!