Controverses sur la diète paléo : la diète de l’homme des cavernes

par Emilie LeBlanc
 
Les préoccupations concernant l’alimentation saine ramènent à nouveau les propos du concept du régime paléolithique. On se réfère ici à la façon dont les humains se nourrissaient dans l’ère paléolithique (période qui s’étend de 2,6 millions d’années passées jusqu’à 10 000 ans avant J.-C.). Durant cette ère, plusieurs découvertes importantes émergent des humains : la découverte du feu, la fabrication d’outils simples, etc. Puisque les chercheurs n’étaient pas présents et que nous n’avions pas de caméras vidéos pendant cette période, il est très difficile de savoir ce que les humains consommaient comme nourriture en ce temps. Les chercheurs sont quand même capables de faire quelques suppositions et c’est à partir de cela que renaît l’idée de ce régime.
 
Évidemment tout ce qui n’était pas consommé durant cette ère ne doit pas être ingéré si on veut suivre cette façon de faire à la lettre. Le régime exclut donc tous les produits laitiers (bye bye au fromage), les grains contenants du gluten (blé, orge, etc.), les légumineuses (exemple : pois chiches, alors pas du houmous), les arachides (fini le beurre de cacahuète le matin), les huiles raffinées (donc seules les huiles de première pression sont acceptées comme l’huile d’olive vierge par exemple), les sucres raffinés (donc pas de pâtisseries), le sel (comme si on pouvait l’éviter totalement) et l’alcool. Or, plusieurs recherches démontrent que les humains auraient réussi à fermenter des raisins et buvaient du vin durant l’ère paléolithique. Non seulement le régime est très restrictif et plate à mourir; il ne tient pas compte des faits historiques. Alors chéri, qu’est-ce qu’on mange pour souper : beaucoup de fruits, des petits oiseaux trouvés dans la cour arrière et puis quelques insectes pour le dessert?
 
Les croyants du régime proclament que le métabolisme des humains ne serait pas assez développé pour digérer les nouveaux aliments et que suivre ce régime donnerait une vie prolongée, plus saine et plus active. Ces derniers croient aussi que les aliments qui n’étaient pas consommés durant cette ère sont la cause de l’obésité, les maladies cardiovasculaires et le diabète. Premièrement, le corps humain a évolué considérablement depuis l’ère paléolithique (notre système digestif ressemblait alors à celui d’un chimpanzé) et les aliments exclus du régime sont bien digérés par la plupart des gens (si on oublie les gens avec besoins particuliers comme des allergies ou bien l’intolérance au gluten par exemple). Deuxièmement, nous savons que l’espérance de vie n’était pas suffisamment haute afin de mener ces humains à ces maladies chroniques. Troisièmement, ce régime n’a pas prolongé la vie de ces humains alors dire le contraire serait entièrement faux.
En fin de compte, ce régime draconien vous fera tout simplement vouloir vous arracher les cheveux de la tête (et peut-être qu’ils se mettront à tomber seuls avec toutes ces restrictions)! Un petit truc à retenir : lorsque vous voyez un nouveau régime faire apparition, dites-vous que si ça a l’air trop beau pour être vrai, ça l’est sûrement. Désolé, il n’existe pas de régime miracle pour perdre du poids ou pour vivre jusqu’à l’âge de 154 ans; le tout est dans les mains de la génétique et des habitudes de vie. 

Partagez!