Vin, fromage…et politique

Par Samuele Acca

 
Mercredi passé une atmosphère européenne s’est emparée du Coude, le bar étudiant de l’Université de Moncton. Non, ce ne sont pas les Anglais ni les Français qui  débarquent de nouveau au Canada, mais bien du vin et du fromage. Oui, pas la bière à laquelle notre cher bar étudiant nous à habitué, mais du vin, plus classe, plus raffiné et certainement plus adapte à l’occasion. 
 
Une soirée vins et fromages offerte par notre Fédération des étudiants et des étudiantes du Centre universitaire de Moncton (FÉÉCUM) qui, autre que flatter gratuitement les palais des présents avec du vin rouge, blanc et une différentes variété de fromages, offrait aussi la possibilité à ces derniers de se confronter avec des candidats aux prochaines élections provinciales au Nouveau-Brunswick (qui se tiendront le 22 septembre prochain) provenant de trois différents partis. 
 
En fait, huit étaient les candidats qui ont décidé d’embrasser l’initiative de la FÉÉCUM : Jane Mitton MacLean, Carmel Brun et Normand Leger pour le Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick, Monique LeBlanc pour le Parti libéral et Luc Leblanc, Charles Doucet et Monique Robichaud pour le Nouveau parti démocratique du Nouveau-Brunswick. 
 
Dans une atmosphère plus accueillante, tranquille et moins formelle que l’habituelle salle de conférence ornée de vestons, cravates et formules de politesse, une cinquantaine d’étudiants ont eu la chance de se confronter avec des aspirants représentent de façon amiable et informelle : « On voulait donner la chance aux étudiants de rencontrer des politiciens et de s’y confronter face à face dans un contexte différent. Souvent les étudiants ne sont pas confortables à se lever debout lors d’un débat et prendre la parole devant toute une salle, donc ce format-ci donne une véritable chance aux étudiants de s’informer au sujet de ce qui leur tien le plus à cœur »  déclare Pascal Haché, organisateur de la soirée et Vice-président externe de la FÉÉCUM.
Donc des échanges plus personnels et amiables à la base de la soirée. Des échanges, des commentaires, des compliments et même des critiques, tout était permis et tout s’est déroulé sans aucun souci, détail surprenant compte tenu de la quantité de vin offert, ce qui témoigne davantage la sagesse et la bonne foi de ceux qui ont participé à l’évènement. Une soirée qui a donc su contenter et satisfaire les deux acteurs principaux de la soirée, les étudiants et les candidats : « Je suis très reconnaissant aux organisateurs pour cet évènement, c’est une chance extraordinaire de rencontrer des jeunes qui ont de l’enthousiasme et de l’intérêt envers la politique, j’ai déjà eu plusieurs échanges intéressants avec des étudiants et je trouve ça vraiment bien. C’est une façon beaucoup plus détendue de rencontrer les gens, non comme le porte-à-porte dans lequel souvent on sent le malaise de ceux que nous rencontrons », nous confie Charles Doucet, candidat pour le Nouveau parti démocratique du Nouveau-Brunswick. Voici comment la simplicité d’une soirée peut se révéler le secret de sa réussite, d’autant plus que de ces jours il arrive souvent que le monde politique et celui étudiant se retrouvent très distants l’un de l’autre.  

Partagez!