Des souvenirs qui ne sont pas près de s’envoler

Premier championnat remporté dans le nid Gracieuseté: Normand Légère

Premier championnat remporté dans le nid
Gracieuseté: Normand Légère

ʺUn aigle un jour, un aigle toujoursʺ. Voilà une phrase qui veut dire beaucoup pour plusieurs athlètes qui ont porté les couleurs du Bleu et Or. Kristine Labrie et Marika Lacroix ont eu droit un passage dans le nid, différent de plusieurs. En plus d’avoir évolué avec l’équipe féminine de hockey pour cinq années, elles ont eu la chance de porter le prestigieux « C », remis au capitaine de la formation. Un retour en arrière dans leurs souvenirs, rappel de beaux moments vécus par ces deux jeunes femmes. 

En août 2006, Kristine fait son entrée avec les Aigles Bleues. À ce moment, elle n’a aucune idée à quel point sa présence aura un impact sur son équipe. Labrie participe à la victoire de son premier championnat universitaire canadien (SUA) dès son année recrue. Nommé comme capitaine en 2008, c’est cette même année qu’elle guide les siennes vers un deuxième titre en trois ans.

Ceux deux importantes victoires font parties des bons souvenirs que garde cette athlète.

« Le fait que nous avons marqué l’histoire des Aigles Bleues et de la ligue du SUA [c’était] spécial », souligne-t-elle.

Malgré les victoires et les défaites, ce qui surprend toujours, c’est le sentiment d’appartenance qui se rattache aux Aigles. Pour cette capitaine, cela est quelque chose d’inévitable et c’est en même temps ce qui rend l’expérience si spécial.

« Peu importe de où tes coéquipières viennent, tu formes une famille », mentionne-t-elle. « Malgré les différents caractères, nous avons tous le même but que de représenter les Aigles Bleues et les couleurs de l’Acadie. Le petit plus que nous avons sur les autres équipes, c’est que nous sommes la seule équipe francophone dans la ligue. »

kristine Labrie dans l'uniforme des Aigles Bleus

Kristine Labrie dans l’uniforme des Aigles Bleues

Même si le parcours universitaire de Kristine a pris fin en 2010, elle reste attachée à l’équipe et débute sa carrière comme assistante à l’entraîneur trois ans plus tard. Cette même saison, elle vit un moment particulier; l’équipe remporte son premier SUA dans le nid des Aigles. Cette fois-ci, c’est derrière le banc qu’elle y participe. Toutefois, la fierté reste toujours pareille pour Labrie.

« [En tant que] joueur bien sûr tu peux contribuer à la victoire avec des points ou empêcher l’autre équipe de compter, mais [comme] entraîneur, tu n’as pas le contrôle là-dessus. Tu peux transmettre ton expérience et tes connaissances de la game du mieux tu peux. »

À sa dernière campagne en tant que joueuse, Kristine Labrie fait la connaissance de Marika Lacroix, une jeune fille de l’Ontario destinée à poursuivre ses études dans le domaine de l’enseignement. Après avoir démontré du leadership, une attitude positive et une bonne éthique de travail au cours de ses premières saisons, Lacroix emprunte les pas de Labrie et obtient le titre de capitaine en 2013.

En plus de sa victoire au championnat cette même année, elle garde plusieurs autres moments inoubliables. C’est pour cette raison que c’est difficile de tourner la page sur cinq années, explique-t-elle : « Le sentiment de famille est si grand que la vraie vie frappe, c’est une tellement grande partie de ta vie que lorsque que ça se termine, on dirait qu’il y a un gros morceau qui manque. »

Malgré le fait que Lacroix a du faire son deuil sur ces belles années universitaires, elle en retire que du positif : « Le hockey a toujours dominé ma vie de la bonne façon, alors le fait de pouvoir étudier et jouer au hockey était simplement un rêve pour moi. »

L’apprentissage que Marika a fait durant son passage lui donne envie de le partager à son entourage : « Ça me donne le goût de redonner aux autres de mon expérience, soit en tant que coach ou enseignante. Je veux transmettre le plaisir d’apprendre, de s’améliorer et compétitionner », affirme cette jeune femme.

Désormais enseignante à temps plein, elle ne peut s’empêcher de prendre des nouvelles de ses anciennes coéquipières et de regarder quelques parties à l’occasion.

Le conseil le plus important partagé par ces deux anciennes capitaines des Aigles Bleues est certainement de profiter au maximum des années au sein de cette organisation. Lorsque le dernier coup de patin est donné, il est impossible de revenir en arrière et revivre toutes les incroyables expériences qui nous ont permis de grandir, d’évoluer et de devenir la personne que l’on est aujourd’hui.

Partagez!