Abat la pression !

Par Claudie Gervais

La liste des exigences auxquelles nous sommes confrontés prend forme très tôt dans notre vie. Et quoi qu’on y fasse, elle s’allonge inévitablement au fil des années et des engagements qui s’additionnent. Alors, comment faire fi de la pression ressentie en étant confrontée à cette fameuse liste ? Rien de gratifiant à être un mouton noir bien sûr, mais si le fait de décevoir notre entourage s’avérait plutôt être salvateur en fin de compte ?

Rappelons tout d’abord une décevante réalité : nous sommes malheureusement prédestinés à subir de la pression. Déjà au berceau, nous faisons face à nos premières exigences, celles que nos parents entretiennent envers nous. Et paf ! Voilà que l’idée du bébé idéal s’envole… première déception réussie ! Pourtant, pas de quoi nous renier, n’est-ce pas ?

Malheureusement, en vieillissant, s’additionnent immanquablement les pressions exercées par notre famille, nos amis, nos employeurs et la société en général. Tous minant successivement notre enthousiasme à jouir de la vie la tête haute. En effet, à moins d’être naturellement doté d’un positivisme digne des plus grands motivateurs de notre époque, chance est que toutes ces exigences finiront par devenir un ramassis de déceptions de part et d’autre.

Assurément, il va sans dire que notre envie de plaire à notre entourage est justifiable, mais elle demeure tout de moins néfaste. Alors, rejetons cette pression accablante. Ceux qui nous imposent leur vision de la vie sont souvent victime de conformisme et tentent d’apaiser leurs propres tensions en les reflétant sur nous. Rappelons-nous que ces espérances des autres envers nous démontrent en réalité leur espoir de nous savoir heureux. Par contre, ces gens maladroits, mais bien intentionnés deviennent pour nous une source de tensions entraînant parfois une modification de nos comportements, de nos attitudes et de nos opinions. Alors mon conseil simple et rempli de sagesse est le suivant : libérons-nous du regard des autres ! C’est le meilleur moyen de nous sentir libres et heureux. Notre peur d’être jugés et de décevoir notre entourage mène insidieusement à notre perte, alors pourquoi accorder tant de valeur à ce regard qui n’est pas le nôtre ?

Évidemment, ce n’est pas facile à faire alors allons-y doucement. D’abord, mettons en pratique ce qui suit dans le but de réorienter les attentes que l’on nous adresse sournoisement. Premièrement, solidifions notre estime de soi en répertoriant nos bons coups et nos expériences positives par écrit. Ce sera un outil de référence efficace lors de nos moments d’incertitude et de plus, cet exercice permettra de mettre en évidence notre valeur personnelle et la vision de la vie dont nous rêvons. Deuxièmement, fuyons la compliance le plus vite possible. Cessons immédiatement de se soumettre au bon vouloir des autres dans le seul objectif d’être acceptés et d’éviter le rejet. Bien sûr, nous avons tous tendance à vouloir correspondre aux stéréotypes sociaux et c’est normal. Par contre, cette tendance devient malsaine lorsque nous en oublions notre propre personnalité qui disons-le, est aussi fantastique que celle des autres. Finalement, si ceci ne suffit pas à s’affranchir pleinement, peut-être serait-il sage de songer à un changement d’environnement ou, du moins, à un éloignement nous permettant de nous choisir enfin.

En conclusion, soyons conscients que le regard des autres, bien que parfois contraignants, peut s’avérer utile pour nous construire et nous guider vers notre propre chemin. Alors c’est parti… si nous décidions de vivre notre propre vie ?

Partagez!