Alexandre Cédric Doucet : vers la voie de la revendication

Crédit: Looney Bros. Photography.

Le Front a accueilli cette semaine le candidat à la vice-présidence exécutive, Alexandre Cédric Doucet, à l’aube de la campagne électorale qui débutera lundi prochain sur le campus de Moncton.

Plusieurs sujets ont été abordés durant la rencontre d’une dizaine de minutes, entrevue qui a été réalisée en direct des bureaux du journal et qui est toujours disponible sur la page Facebook. Il était question d’accomplissement de divers projets, d’un partenariat avec le bar Le Coude et les Aigles Bleus ainsi que les présentes élections de la Fédération étudiante (FÉÉCUM).

Cette année, Doucet a occupé la fonction de vice-président aux affaires internes pour l’organisation. Il revient brièvement sur les succès de la FÉÉCUM au courant de la dernière année.

« La FÉÉCUM n’a jamais été aussi tant inclusive, (…) on a fait installer des toilettes singulières non genrées, on a eu les heures pour les femmes (au CEPS). On a entrepris un syndicat pour les tuteurs et les correcteurs. On va probablement contester la loi sur les règlements universitaires au niveau des logements. »

L’année dernière, en entrevue avec la journaliste Dayna Muzey, Alexandre Cédric Doucet souhaitait voir la réalisation d’un partenariat avec les Aigles Bleus et le bar étudiant Le Coude en y organisant des activités parallèles aux parties à la maison du Bleu et Or. Toutefois, il explique que le CEPS fournissait moins d’effort que l’équipe de la FÉÉCUM.

« La participation a été assez correcte, mais c’est très difficile de travailler avec le CEPS. On fait notre part, mais ils ne font pas leur part. »

 

Une candidature réfléchie

Concernant ses motivations pour la présente élection, Alexandre indique qu’il regardait attentivement ce qui se faisait au poste de vice-président exécutif depuis un certain moment.

« Quand tu fais partie de l’exécutif [de la FÉÉCUM], tu regardes les autres postes, tu te dis “ah cette personne-là a fait ça pis ça pis comme ça”, pis tu te dis si je ferais ça à sa place, j’mettrais mes propres idées. Le poste de l’exécutif, c’est un poste qui m’intéresse à fond. La communication avec les organismes acadiens, la communication avec les autres associations étudiantes, c’est super intéressant! », renchérit Doucet au passage.

Quel est l’élément central de sa plateforme électorale? Sans en dévoiler le contenu intégral qui sera publié, en partie, chaque jour, il résume l’essentiel de sa ligne directrice en un mot.

« En gros, communication. Avoir une concertation avec les autres associations étudiantes, avec les universités francophones en milieu minoritaire, comme l’université de Saint-Boniface, Sainte-Anne, c’est sur ça que j’suis en train de travailler. »

Comme il a déjà la main à la pâte, il entame actuellement des discussions avec les homologues néobrunswickois de la FÉÉCUM, soit les associations étudiantes universitaires anglophones.

« Historiquement, les associations étudiantes des universités anglophones ne sont pas trop mobilisables, elles sont beaucoup plus de droite. Cette année, elles sont beaucoup plus de gauche, ça va être super intéressant de travailler avec eux autres. »

Il se permet d’ajouter un autre élément de sa plateforme, un élément qui plaira aux étudiants internationaux sur le campus.

« Les étudiants internationaux, c’est quelque chose qu’il faut pousser. Présentement, au Nouveau-Brunswick, ils ont beaucoup de difficultés à avoir leur résidence permanente. C’est quelque chose que j’voudrais travailler dessus pour que le gouvernement puisse donner accès plus facilement à la résidence permanente. »

Il mentionne que les coûts d’assurance maladie pour ce même groupe sont importants, évalués à l’heure actuelle à 1392 $ par année pour un étudiant non canadien. Ces étudiants paient presque le double d’un étudiant canadien seulement en frais de scolarité, soit quelque 10 475 $ par an.  

Alexandre Cédric Doucet se présentera à la vice-présidence exécutive aux élections de la Fédération étudiante, les 27 et 28 février prochains. L’entrevue complète se retrouve sur la page Facebook du journal Le Front.

À propos
Pigiste

Anthony Azard est pigiste au journal Le Front. Il entame sa deuxième année du programme d’Information-communication. À CKUM, il co-anime « En direct du nid des Aigles » avec Camille Turbide ainsi que l’émission « Étouffe-toi pas » en compagnie de Jacques-André Lévesque. Depuis 2016, il est aussi collaborateur occasionnel à l’émission « La Route des 20 » sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger