Amende de la GRC : 300 000 $ en bourses pour l’implication communautaire à l’UdeM

L’Université de Moncton. Photo : Michèle Josée Arsenault

L’amende imposée à la Gendarmerie royale du Canada (GRC), le 26 janvier dernier, créera 300 000 dollars en bourses pour les étudiants de l’Université de Moncton impliqués dans leurs communautés.

La GRC a été reconnue coupable le 29 septembre 2017. Leur condamnation étant maintenant connue, une lourde facture leur est imposée.

L’annonce est tombée après que la cour a tranché en défaveur de la GRC, le 26 janvier dernier. À la suite de la fusillade de 2014, qui a tué trois agents et fait deux blessés de la GRC à Moncton, des accusations ont été déposées contre la police fédérale par Emploi et Développement Social Canada. Ils y accusaient la GRC d’avoir manqué à son devoir de fournir l’équipement et la force nécessaire afin d’assurer la protection des siens lors de pareilles circonstances.

La plus grande part versée à l’Université

Des 550 000 $ versés par la GRC, 300 000 dollars iront en bourses à l’Université de Moncton.

Selon l’administration universitaire, il n’est toujours pas déterminé comment ce montant sera divisé, ou encore quels seront les critères requis chez les étudiants éligibles à ces bourses.

Cependant, le service des communications de l’Université de Moncton a confirmé au Front que « l’un des critères sera l’engagement communautaire des boursières et boursiers ».

Pour les 250 000 $ restants, 100 000 seront versés vers une amende en rapport à l’infraction de l’article 124 du Code canadien du travail. Soixante mille dollars iront dans un fonds de bourses pour les enfants des membres de la GRC tombés pendant la fusillade, 75 000 dollars à l’organisme Fil de vie et 15 000 pour la Valour Place.

Partagez!