App FÉÉCUM: la vie étudiante à portée de main

SL_AppFeecum_28mars

L’application FÉÉCUM paraîtra sur les plateformes mobiles dès la rentrée 2016. Photo Samuel LeGresley

La Fédération des étudiants et étudiantes (FÉÉCUM) s’est engagée à lancer sa première application, ou app, pour appareils intelligents qui sera disponible dès la rentrée en septembre.

Avec l’agenda papier qui vient de disparaitre cette année, le président de la FÉÉCUM Pascal Haché voit un app comme une alternative viable pour se garder au courant de la vie étudiante.

« L’année dernière, on a voté pour se débarrasser de l’agenda, qui coûtait extrêmement cher et qui n’était pas une option verte » dit-il.

Lors du vote de l’abolition de l’agenda, un étudiant aurait proposé la création d’un app, pour que les activités et les renseignements sur la vie étudiante soient à portée de main.

Le Conseil d’administration de la FÉÉCUM du 18 mars s’est donc engagé à créer le logiciel, qui sera disponible dès septembre.

Un étudiant en biochimie créera l’application

Parmi les options proposées lors du Conseil d’administration, la plus raisonnable était celle de Guillaume Pelletier, étudiant à la maîtrise en biochimie, qui créera l’app lui-même pour 7 500 $.

Selon Pascal Haché, les prix donnés par le marché variaient entre 18 000 et 30 000 $.

« L’option de Guillaume était la moins chère. C’est un étudiant, le gars a une expertise là-dedans, et ça répond au besoin qu’on avait demandé. »

En effet, Guillaume Pelletier a œuvré dans le domaine digital pour plus de dix ans. Il a travaillé pour plusieurs firmes de technologie, ayant notamment contribué à la conception des apps de golf et des systèmes d’entrevue en ligne.

« C’est sûr que c’est toujours beaucoup moins cher de faire les choses à l’interne », dit l’étudiant.

SL_AppFeecum_28mar16

L’étudiant en biochimie Guillaume Pelletier fera la conception de l’«app» cet été. Photo Samuel LeGresley

La FÉÉCUM aura les droits au code source

Guillaume Pelletier s’engage aussi à donner les droits sur le code source à la FÉÉCUM, une chose que les firmes qui créent les apps font très rarement.

En ayant possession de ce code, « recette » de base du logiciel, la Fédération pourra modifier l’app comme bon lui semble.

« C’est une association à but non-lucratif, pour les étudiants, explique Guillaume. Je pense que c’est parfaitement approprié. »

Le code source sera donné à la FÉÉCUM si des modifications ont besoin d’être apportées. « Si on a des tweaks à faire, on engagera quelqu’un pour le faire ou un utilisera à nouveau un étudiant qui est capable de faire ces choses-là », dit Pascal Haché.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger