Bande de « keepers » : salade, tomates, oignons

Les magnats d’internet étaient à l’honneur lors de la 21e conférence sur le climat qui se tient à Paris jusqu’au 11 décembre. Il serait nettement plus facile de dire que des poids lourds de l’économie mondiale ont paradé et continuent à parader sur le tapis rouge de la COP21 plutôt que de citer des noms, tellement des personnalités mondiales se sont mises au vert – même s’il y avait plus de costumes noirs que de brocolis. Poignées de main, sourires à tout-va, photos de famille, prise de conscience collective des méfaits de la pollution, tel est le résultat quand les figures de proue de la technologie et d’internet décident de signer des chèques pour transformer la planète en une gigantesque pastèque – bon, citons-en quelques-unes au pif : Bill Gates, Jeff Bezos et Mark Zuckerberg, respectivement première, quinzième et seizième fortune mondiale selon le magazine américain Forbes.

Si la coalition de ces hautes personnalités devrait être une avancée majeure dans la lutte contre le réchauffement climatique, il faut espérer que la pastèque ne sera pas trop rouge à l’intérieur, rouge comme ces gens exploités pour le cuivre, composante essentielle dans les circuits imprimés des ordinateurs, rouge comme ces gens exploités dans les usines de montage d’outils technologiques, rouge comme ces chômeurs qui le sont grâce à la concurrence déloyale, rouge comme ces gens victimes de l’espionnage en ligne au compte d’organismes gouvernementaux, ou simplement rouge comme le sang de tout homme, connecté ou pas. La connexion à internet est un droit, et c’est parce que ce droit a un prix que chaque homme connecté se doit de prendre en main sa vie en ligne pour ne pas finir en laisse de quelque hackeur, de quelque pirate informatique, de quelque lobby ou de quelque gouvernement que ce soit.

Salade

Être connecté est une nouvelle réalité du monde, et ça mérite une hygiène de vie. Il ne s’agit pas de devenir un paranoïaque, mais de s’assurer que cette réalité inhérente à la vie en 2015 ne soit pas une corde serrée un peu plus au cou chaque jour. Même si une personne est protégée par l’antivirus dernier cri de Kaspersky Lab, tant qu’elle n’aura pas le cœur à sa sécurité en ligne, cela serait comme avoir des gardes de corps pour prévenir le fait d’être suicidaire : la technologie en général et un antivirus en particulier ne valent absolument rien sans la main pensante de l’homme – du moins jusqu’à l’ère d’Ultron! Alors, autant cesser de croire qu’un ordinateur a deux pieds pour accourir prévenir en cas d’intrusion informatique, deux mains pour faire les premiers soins quand le système se fait manger par un hacker ou une bouche pour décrire le hacker avec lequel il interagit à l’insu de la victime, en revanche quand un hacker est résolu à nuire, l’ordinateur de la personne victime devient les yeux et les oreilles du hacker grâce aux spywares, ou devient un « botnet » au service d’un hacker — en gros l’ordinateur est physiquement avec la victime, mais le système d’exploitation est ailleurs.

Tomates

Il est nullement utile d’être un génie en programmation pour réussir à passer une vie entière sans n’avoir jamais été victime de hacking, de vols de courriel, d’espionnage et d’usurpation d’identité entre autres, il y a des astuces qui ne demandent que de savoir comment utiliser sa souris, nombreux les connaissent, mais paressent à y faire recours. De plus, ces astuces banales de sens refroidiraient plus d’un hacker, à moins qu’il n’agisse pas à son compte ou qu’il en veuille très personnellement à sa victime. La session d’administrateur permet de réaliser une gestion globale de son ordinateur, en donner l’accès à tout le monde et n’importe qui, c’est se tirer une balle dans le pied! Croire que le hacker est un homme antisocial qui bidouille sur sa machine pour pourrir la vie d’autrui, c’est croire que lorsque l’on commande un burger au Macdonald, un agent s’en va saigner un bœuf, avant qu’un autre le dépèce et qu’un dernier cuise la viande : tout est organisé à l’avance entre les produits surgelés et les produits frais. De la même manière, un hacker peut se comporter en produit surgelé en attaquant depuis son bureau ou en produit frais en usant de ses aptitudes interpersonnelles pour réussir à brancher sa clef USB sur votre ordinateur – avec votre consentement et commencer à vous faire vivre un calvaire. Un cas qu’a dû vivre l’Iran quand une de ses centrales nucléaires a été victime de Stuxnet, un ver informatique qui a été découvert en 2010, et qui a comme propriété d’être inoculé par clef USB.

Oignons

Malheureusement, nombreux se font avoir de façon plus qu’évidente. Un courriel que la boite de messagerie classe spam ou pourriel attire néanmoins pleinement l’intérêt de l’utilisateur parce que ce courriel parle d’une solution miracle pour gagner un million de dollars par jour : nul besoin d’être soi-même hacker pour sentir l’arnaque à plein nez! Cette méthode de hack s’appelle l’hameçonnage parce que le hacker reconduit sa victime vers un autre site web d’apparence légitime, comme un site d’options binaires pour lui soutirer un mot de passe, des données bancaires ou d’autres informations. Il faut certainement être un crack du code informatique pour se protéger contre ces hackers professionnels qui agissent en meute ou ces agences militaires qui disposent d’autant de moyens pour créer une bombe atomique que de moyens pour créer des menaces informatiques, mais avec le peu que nous savons des éditions précédentes, nous pouvons très bien protéger nos vies d’hommes connectés, bande de « keepers ».

Partagez!