Brach et son univers psychédélique

Déjanté comme toujours, Philippe Brach nous a fait découvrir son univers psychédélique dans lequel il nous fait baigner lorsqu’on écoute ses deux plus récents albums, dont Portrait de famine, son plus récent. D’ailleurs, c’est au spectacle du même nom qu’il s’est présenté, à la salle Jeanne-de-Valois de l’Université de Moncton dans le cadre du dernier spectacle des Coup d’cœur francophone sur le campus de la ville.

aa_philippebrach1_1decembre

Philippe Brach durant son spectacle « Portrait de famine » à la salle Jeanne-de-Valois de l’Université de Moncton. Photo contribution : Anthony Azard.

Il est très difficile de comprendre ce qui rend unique cet auteur-compositeur-interprète. En fait, même pour faire une critique de spectacle, c’est très difficile de décrire l’essence de Brach. La folle mise en scène du spectacle contextualise le personnage qu’est le Saguenéen. Ses danses éclectiques d’un bord à l’autre de la scène et les mouvements sur place intenses, sa voix douce avec une teinte de folk donne de la personnalité à ses prestations.

Présentant presque entièrement son plus récent album, dont L’amour aux temps du cancer, dans un spectacle de 90 minutes, Brach a été très généreux avec son public néo-brunswickois qui découvrait cet artiste québécois émergent, originaire du Saguenay. Les rires ont fusé à plusieurs reprises dans la salle. De l’autre côté, l’artiste semble avoir aimé le contact et l’énergie du public de Moncton qui participait activement à ses blagues « de biscuits Bretons et de bouteilles d’eau en ce temps de partage qu’est le temps des fêtes ». Atteint d’une tendinite, Brach s’est entêté à jouer de la guitare en prenant bien soin de lancer son support à bras sur la scène pour ensuite le remettre quand il se remettait simplement à chanter.

Récipiendaire du prix révélation de l’année au gala de l’ADISQ de 2015, il est clair que son énergie cadre exactement dans ce que la mi-vingtaine recherche aujourd’hui. Quelques personnes âgées présentes dans la salle dansaient frénétiquement sur les chansons de Brach.

 

Chloé Breault ouvre le bal en format « full band ».

aa_philippebrach2_1decembre

Chloé Breault en première partie du spectacle de Philippe Brach. Photo contribution : Anthony Azard.

« Habituellement, quand je fais des premières parties, j’suis juste accompagné de Mathieu (Boudreau) (NDLR : connu par son nom de scène Matt Boudreau), mais ce soir, j’ai un full band avec moi ».

C’est une Chloé Breault en feu qui a ouvert le bal de ce spectacle de la tournée Coup d’cœur francophone en début de soirée. Interprétant ses compositions habituelles, elle nous surprend avec une reprise de la chanson de France d’Amour, Animal. L’ancienne participante au concours Accros de la chanson organisé par la Fédération des Jeunes Francophones du Nouveau-Brunswick a fait beaucoup de chemin depuis qu’elle a remporté les grands honneurs dans la catégorie solo lors de la 10e édition en 2013. Aujourd’hui, elle a fait de nombreuses premières parties et sans équivoque, elle a conquis le public le 30 novembre dernier par sa tendresse sublime, un cadeau pour les oreilles.

 

À propos
Pigiste

Anthony Azard est pigiste au journal Le Front. Il entame sa deuxième année du programme d’Information-communication. À CKUM, il co-anime « En direct du nid des Aigles » avec Camille Turbide ainsi que l’émission « Étouffe-toi pas » en compagnie de Jacques-André Lévesque. Depuis 2016, il est aussi collaborateur occasionnel à l’émission « La Route des 20 » sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger