Cannabis – Partie 2

par Jessica Savoie

Comme nous l’avons étudié la semaine dernière, le cannabis est une drogue très présente chez les populations de partout à travers le monde. Effectivement, selon Le leader canadien de la santé  publique, la marijuana est la drogue interdite la plus consommée au Canada : « En 2005, environ 14 % des Canadiens de plus de 15 ans disaient en avoir déjà consommé ».

Elle est consommée non seulement pour ses effets psychotropes intéressants, mais aussi pour ses vertus « naturelles », puisqu’elle provient notamment d’une plante. La question qu’on se pose tous : puisqu’elle provient d’une plante, est-ce vraiment sans danger de consommer de la marijuana? Lors de la consommation Les effets dus à l’usage du cannabis diffèrent d’une personne à l’autre. Tout dépend de l’utilisateur, du lieu et de la quantité qui est absorbée, de la concentration de THC, en plus de l’habitude de consommation.

Pour certaines personnes, fumer de la marijuana favorise un sentiment de détente et de relaxation, tandis que d’autres deviendront anxieux et repliés sur eux-mêmes. Les effets à court terme seront aussi déterminés par rapport à la façon dont la drogue est consommée.

Effectivement, si elle est ingérée (brownies, gâteau, beurre…), les effets se feront sentir beaucoup plus lentement que si elle est fumée. Dans le même ordre d’idées, avec la première option les effets dureront beaucoup plus longtemps et seront intensifiés.

Néanmoins, selon le type de consommation choisi, les effets se ressemblent : on parle entre autres du sentiment de détente extrême, de la concentration plus (ou moins, dans certains cas) élevée, des réactions ralenties, des sensations physiques plus élevées ou encore des émotions changeantes. Pour certains cependant, on peut remarquer un niveau d’anxiété grave, des crises de paniques ou encore de la peur et de la méfiance à l’égard des autres… C’est ce que l’on appelle communément les « green buzz ».

Ces effets s’évaporent habituellement après quelques heures, et le sommeil facilite le retour à la réalité. Les effets suite à l’habitude La marijuana est souvent transformée par les cultivateurs : elle devient alors beaucoup moins « naturelle » qu’on le croit. Voilà pourquoi les professionnels de la santé continuent de croire qu’une consommation abusive de cette drogue peut tout de même avoir des effets secondaires néfastes pour les  utilisateurs.

En effet, la fumée du cannabis (qui a souvent été en contact avec des produits chimiques) endommage les voies respiratoires et débouche souvent sur une toux creuse et chronique. Encore, plusieurs études démontrent que les personnes consommant de la marijuana à long terme développent des problèmes de concentration et de mémoire. Cependant, il semblerait que ces effets disparaissent quelques semaines après l’arrêt de la consommation.

On remarque aussi, dans des circonstances plus graves, des cas de dépression et de problèmes de santé mentale. De plus, on a tous entendu parler des histoires où les gens, suite à la consommation de cannabis, ont développé de la schizophrénie : il y a nuance. Il est vrai que des situations semblables sont arrivées auparavant, mais il ne faut pas oublier que ces personnes étaient déjà enclines à devenir schizophrènes à un moment ou l’autre : le cannabis n’a été que l’élément déclencheur.

Pour ce qui est de la question de dépendance, il est normal que les habitués acquièrent une tolérance plus élevée au fil du temps. Souvent, la majorité des consommateurs réguliers ont de la difficulté à réduire ou cesser leurs habitudes. Pour quelque temps, ceux qui désirent cesser leur consommation peuvent devenir irritables, voire agressifs, anxieux, souffrir de nausées, de sueurs, de maux de tête et même de pertes d’appétit.

Comme quoi toute chose à sa part négative!

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger