Conseils étudiants : des documents introuvables

Plusieurs conseils étudiants admettent avoir peu de contrôle sur les documents de leur association. Photo Samuel LeGresley, Le Front

Plusieurs conseils étudiants admettent ne pas recevoir les documents de leurs prédecesseurs. Photo Samuel LeGresley, Le Front

Deux ans après une enquête du Front démontrant le manque d’organisation des conseils étudiants quant à leurs documents légaux, la situation a empiré.

Aucun des 13 conseils membres de la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) n’a été en mesure de fournir tous les documents demandés, soit une copie de leur constitution, de leur budget annuel précédent et du procès-verbal de leur dernière Assemblée générale annuelle (AGA).

Notons que lors de l’enquête originale, en septembre 2013, seule l’Association étudiante des Arts du centre universitaire de Moncton (AÉACUM) avait été capable de rassembler et fournir ses documents. Elle venait d’être victime d’une fraude de 15 000 $ par le président de l’époque, Louis-Philippe Roussel, la forçant à mettre de l’ordre dans ses finances.

Le ménage a été de courte durée.

Le Front a fait demande des documents aux conseils étudiants par courriel, par l’entremise de leur page Facebook et en personne, lors d’une réunion ordinaire du conseil d’administration de la FÉÉCUM. Un délai de deux semaines leur a été accordé.

 

Les Arts : un local en désordre

Le conseil des Arts (AÉACUM) a seulement réussi à remettre sa constitution dans le délai accordé, et le budget de l’hiver 2015, mais pas celui d’automne 2014.

La vice-présidente externe, Marie-Michèle Vienneau, explique qu’elle a eu de la difficulté à mettre de l’ordre dans les archives de l’année dernière.

« Je sais que l’année passée, il y a eu quelques difficultés dans le conseil, dit-elle. Il y avait du monde qui ne participait pas dans leur poste, n’étaient pas très actifs. »

Et l’état du local à leur arrivée en témoignait : « On est arrivé ici pis c’était vraiment comme si une tornade était passée dans le conseil. Il y avait même des chèques pas encaissés. »

En plus, le conseil a seulement pu élire trois membres sur cinq, dû au manque de participation. Les postes de V.-P. aux finances et V.-P. social sont encore vacants.

Dans l’enquête effectuée en 2013 sur la transmission des documents administratifs, le conseil des Arts avait promis de « faire les démarches pour s’assurer que les prochains élus à l’AÉACUM comprennent bien leur importance. »

Malgré cela, le conseil est encore plus en désordre; après la fraude par le président en 2012, l’effort avait été mis en œuvre pour garder tous les documents administratifs en ordre.

« Je pense pas que ça s’est transmis. Nous on commençait vraiment from scratch. […] C’est pour ça qu’on a vraiment besoin d’un V.P. finances » dit Marie-Michèle Vienneau, en soulignant l’importance d’avoir quelqu’un qui tient compte du budget.

« À la fin de l’année scolaire, les étudiants laissent les locaux des conseils en désordre, et ne transmettent pas les documents aux nouveaux élus. »

 

Une situation similaire dans les autres facultés

Le conseil de Kinésiologie-Récréologie (CEEKR) connait le même dilemme.

Les membres du conseil de 2014-2015 ont quitté hâtivement, probablement en raison d’obligations personnelles, avant même la tenue de l’Assemblée générale annuelle où le budget aurait dû être adopté.

« On n’a pas eu la chance d’avoir une AGA. Aussitôt que le terme a fini, le trésorier, le V.-P. interne, pis la secrétaire ont tous décollés right away », avoue le président, Étienne Doucet.

Il dit que l’association n’était pas incorporée pendant quatre ans, jusqu’à l’an dernier, à cause de l’absence des documents légaux nécessaires.

« Il n’y a aucune obligation qui mentionne qu’on est obligé d’être incorporé, mais c’est mieux pour nous autres. L’année passée fallait que je prenne l’initiative de remplir de la documentation de 5 ans passés, que je n’avais pas. »

Il attribue lui aussi le problème au manque de transmission des documents administratifs.

« Le problème, c’est que [l’ancien conseil] décollait, pis y’avait aucune communication. »

 

L’AÉÉSSUM souhaite faire preuve de transparence

Après avoir reçu notre demande d’information, l’Association des étudiantes et étudiants des Sciences sociales (AÉÉSSUM) a entrepris d’afficher publiquement ses documents pour assurer une plus grande transparence. Ils peuvent être consultés librement à la porte du conseil étudiant.

Le Front a pu obtenir leur constitution et le procès-verbal de leur dernière AGA, mais seulement le budget provisoire de cette année, et non celui de l’année dernière.

 

Les excuses des conseils

Pour l’association des Sciences de l’éducation (AÉÉSÉUM), c’est le budget final qui manque à l’appel.

« On n’avait pas reçu le rapport financier de l’année d’avant, ça s’est juste perdu quelque part », explique le vice-président externe, Francis Bourgoin.

Il attribue aussi le problème au manque de communication, cette fois-ci de la part des étudiants qui partent en stage lors de leur cinquième année d’études.

Quant à l’Association des étudiantes et étudiants internationaux (AÉÉICUM), elle a fourni son budget et sa constitution, mais le procès-verbal de leur AGA serait inexistant, selon le président. Christian Kalande explique que les anciens élus n’ont pas pris soin d’en rédiger un, ne laissant donc aucune preuve de la tenue de la réunion et de l’adoption du budget.

Le conseil de Travail social (CÉTS) a seulement pu nous fournir leur constitution, disponible en ligne. La vice-présidente externe Sarah Grandisson nous a rapporté que les autres documents étaient introuvables en raison de rénovations à Léopold-Taillon.

Impossible toutefois de joindre l’Association étudiante de l’École de Nutrition et études familiales (AÉSANEFUM).

Le conseil étudiant de la Faculté d’ingénierie (AÉÉGUM) a initialement refusé de nous remettre ses documents, désirant avoir plus d’information sur les raisons de notre enquête. Le Front a expliqué sa démarche, mais les élus n’ont plus donné signe de vie.

À lire aussi :

Pascal Haché: « C’est l’argent des étudiants »

 

Résultats de l’enquête

Conseils membres de la FÉÉCUM Péréquation Montant en bourses attribuées aux élus Procès verbal AGA Budget adopté Constitution
Administration (AÉFAUM)

 

16 794,50 $ Pas remis Pas remis Pas remis Pas remis
Arts (AÉACUM)

 

 12 638,50 $ Non disponible Non disponible Disponible (2e semestre seulement) Disponible
Droit (AÉÉDUM)

 

 3 708,55 $ Pas remis Pas remis Pas remis Pas remis
Éducation (AÉÉSÉUM)

 

 8 966,00 $ Maximum de 3 600 $ (pour 6 élus), mais impossible de corroborer Disponible Pas remis Disponible
Ingénierie (AÉÉGUM)

 

 7 746,00 $ Refusé Refusé Refusé Refusé
Internationaux (AÉÉICUM)

 

 7 074,00 $ 0 $ Non disponible Disponible Disponible
Kinésiologie-récréologie (CEEKR)

 

 5 335,69 $ Non disponible Non disponible Non disponible Pas remis
Nutrition (AÉÉSANEFUM)

 

 4 300,74 $ Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse Aucune réponse
Psychologie (AÉÉP)

 

 5 491,30 $ Pas remis Pas remis Pas remis Pas remis
Sciences (AEFSUM)

 

 12 031,50 $ 0 $ (selon le budget) Pas remis Disponible Disponible
Sciences infirmières (CÉÉSI)

 

 6 011,08 $ Pas remis Pas remis Pas remis Pas remis
Sciences sociales (AÉÉSSUM)

 

 5 866,65 $ Pas remis Disponible Pas remis Disponible
Travail social (CÉTS)

 

 5 062,55 $ Non disponible Non disponible Non disponible Disponible

Partagez!
  • Pingback: Pascal Haché : « C’est l’argent des étudiants » - Le Front()

  • Ancien étudiant déçu de FÉÉCUM

    Du bon travail d’enquête de notre journal étudiant!!! Espérons que ça va sonner quelques cloches et que nos élus vont arrêter de niaiser avec la puck. C’est vraiment gênant. Pouvez-vous croire que c’est PIRE qu’il y a 2 ans? Dire que tout ce monde là sont des universitaires…

    Vous avez une crise sur les bras, FÉÉCUM. Agissez.

  • Yvon Lacoste

    Il serait peut-être temps de mettre en tutelle tous les associations délinquantes voire même leur abolition afin de créer une nouveau système de représentation et un nouveau mode de gestion..

  • Sébastien Leclerc

    Une grande part du blâme, selon moi, doit être tourné vers la Féécum, et plus précisément vers les employés de la Féécum. Je parle en connaissance de cause, ayant été le V.P. finance qui a fait le ménage au conseil des Arts suite à la fraude de 13 500$.

    Le plus grand problème, un peu sous-entendu dans les articles, est le chaos dans lequel se retrouve les nouveaux membres de chaque conseil. Il est bien souvent compliqué de trouver des étudiants intéressés à faire partie des conseils étudiants, et ceux qui s’impliquent sont bien souvent (comme dans mon cas) nouveau dans ce genre d’implication. L’élément le plus important devient donc le transfert d’information entre l’ancien et le nouveau conseil. Pour notre part, nous avions fait un nettoyage complet facile à suivre et à continuer. Tout ça de façon autodidacte, sans connaissance préalable dans le domaine.
    Bien souvent cependant, comme cité dans l’article, les anciens conseils quitte sans transmettre les informations. Le nouveau conseil arrive donc sans connaissance des données et même du fonctionnement.
    Comme les conseils changent de visage année après année, la responsabilité de la continuité devrait donc être assumée par les visages qui sont récurrents; c’est-à-dire les employés de la Féécum.

    Lors d’un C.A. de la Féécum durant mon mandat, j’avais justement proposé que ceux-ci créent des documents qui seraient remis à l’entrée en fonction des nouveaux conseils. Cela aura facilité mon entrée en fonction à l’époque (et potentiellement évité la fraude) et donc risquerait de facilité l’entrée en fonction des conseils futurs. Néanmoins, ma proposition a semblé passé dans le vide; les membres se questionnant plutôt à savoir si les conseils en danger devraient être mis en tutelle.

    Que l’on donne les outils et connaissances nécessaires aux conseils et ceux-ci devraient être aptes à répondre aux demandes. Par exemple, dans le cadre de cet enquête du Front, je crois que le temps accordé (2 semaines) et le moment (en septembre) a du être problématique car j’imagine que la plupart des conseils (du moins s’était le cas dans mon temps) ne devait même pas être complètement en charge ou en connaissance de tout.

Advertisment ad adsense adlogger