Des cours d’autodéfense donnés à l’Université de Moncton

 

Ce semestre, des cours d’autodéfense seront donnés à l’Université de Moncton dans le cadre du Service des activités récréatives (SAR). Les cours seront donnés chaque mercredi de 17 h 30 à 18 h 30 au local 148 du ceps, salle miroir. Le cout est de 70$ pour la durée du cours qui se tiendra du 14 septembre au 14 décembre.

 

Les instructeurs

CM_CoursD'autodéfense01_11septembre

Kevin A. Cain. Photo contribution : lui-même.

Le premier instructeur, M. Cain, nous raconte pourquoi il a commencé à donner des cours d’autodéfense :

« Ma principale raison pour l’enseignement de la légitime défense vient d’avoir été victime d’intimidations et d’abus étant enfant. Cela m’a motivé à apprendre l’art de me protéger contre les dommages à la fois mentaux et physiques, et m’a donné l’opportunité d’enseigner aux autres le moyen de se protéger. Les aspects physiques de la légitime défense sont très importants, mais, dans l’enseignement de cette prise de conscience et de l’art de la protection, je sens que la légitime défense mentale peut contribuer autant, sinon plus, à notre sécurité puisque l’on peut apprendre à éviter un conflit physique en étant constamment conscient dans les environnements sociaux. »

CM_CoursD'autodéfense02_11septembre

Bernard M. Galarneau, M.A.Ps., L.Psych. Photo contribution : lui-même.

L’autre instructeur, M. Galarneau, explique pourquoi il a décidé d’enseigner l’autodéfense : « J’ai toujours valorisé la possibilité de me défendre comme une autre compétence utile pour survivre. Un peu comme savoir nager. Les arts martiaux ont augmenté ma confiance en moi et ont probablement contribué de manière significative à ma réussite professionnelle en façonnant mon attitude et en m’aidant à gagner confiance en moi. »

Pour ce qui est de la définition de l’autodéfense, selon les instructeurs, la véritable autodéfense est utilisée uniquement lorsque vous êtes d’abord attaqué ou sur le point d’être attaqué, avec « une preuve claire et raisonnable que le danger est imminent et que vous ne pouvez pas l’éviter. » La loi sur la légitime défense est claire au Canada et permet une utilisation de la force pour protéger votre intégrité physique ou celle d’une autre personne, dans des conditions strictes. Encore une fois, bien que les méthodes d’autodéfense physique puissent être utiles, les instructeurs insistent que le plus grand atout pour nous sortir de mauvaises situations est notre esprit et notre capacité à diffuser ou à détecter et éviter les ennuis. Ainsi, une contre-attaque pourrait être une feinte, une distraction, une ruse ou même une menace. Il n’est pas toujours question d’une confrontation physique.

 

L’autodéfense à l’UdeM : utile?

Quelques étudiants ont été interrogés pour savoir s’ils trouvaient que les cours d’autodéfense sont utiles pour la population étudiante. Selon un(e) étudiant(e) qui préfère rester anonyme, les cours d’autodéfense sont absolument utiles puisque l’information qui y est acquise est apprise à vie :

« (…) pour les gars etfilles, vieux et jeunes, pour tout le monde. Une base peut toujours faire référence à d’autres situations. » explique l’étudiant(e).

Un autre étudiant, Jonathan Martin, pense que les cours sont une bonne idée puisqu’ils peuvent nous apprendre à nous défendre :

« Tu ne sais jamais qui peut t’attaquer ou quand tu auras besoin de te défendre. », déclare‑t‑il. Selon Marie‑Christine Brideau, étudiante en étude familiale, suivre le cours d’autodéfense semble être une bonne idée :

« Pour ma situation, ça pourrait m’aider dans mon travail futur. Si j’avais la chance, je le prendrais. »

Sentiment de sécurité sur le campus

Le besoin pour les cours d’autodéfense se fait sentir. Les étudiants interrogés ne pensent pas que la sécurité sur le campus soit adéquate, surtout le soir. Selon un(e) autre étudiant(e) qui préfère rester anonyme, il n’y a pas un sentiment total de sécurité sur le campus :

« Je me sens en sécurité parce que je suis des cours d’autodéfense, mais ce n’est pas une pleine sécurité », exprime l’étudiant(e). Selon un(e) troisième étudiant(e) qui préfère aussi conserver l’anonymat, la sécurité sur le campus le soir est largement insuffisante : « Le campus n’est pas assez éclairé, et il n’y a pas assez de surveillance de la part de la sécurité le soir. Tu vas peut-être voir le van passer une fois toutes les heures. En plus, la sécurité devrait offrir des services d’accompagnement et promouvoir ces services. », déclare‑t‑elle.

Les étudiants qui ont été interrogés ont aussi soulevé le besoin d’avoir plus de promotions pour les cours d’autodéfense, puisque beaucoup d’entre eux n’étaient même pas au courant que des cours d’autodéfense étaient donnés sur le campus. Il est possible de s’inscrire aux cours sur le site web du CEPS dans la section SAR.

 

 

Partagez!