D’autres vitrines époustouflantes pour la Francofête en Acadie 2014

par Justin Frenette

Vendredi soir dernier, les vitrines des Francofêtes se sont poursuivies et pour l’occasion, un artiste bien connu de la région a démontré au public qu’il a toujours le «djâbe dans l’corps» : Pascal Lejeune, maintenant connu sous le nom de scène Thomé Young.

Avant la prestation de Thomé, c’était d’abord le tour du guitariste-compositeur Shaun Leblanc de faire ses preuves sur scène. Nominé dans la catégorie Enregistrement de l’année en musique du monde au East Coast Music Award 2013, dans les catégories Enregistrement instrumental de l’année et Prix du public au Prix de musique Nouveau- Brunswick et dans la catégorie Album de l’année – instrumentiste solo au Prix de la musique folk du Canada, ce dernier se fait de plus en plus reconnaitre pour son art qu’il travaille très fort à concevoir depuis le tout début de sa carrière. Celui-ci affirme avoir commencé à jouer de la guitare en apprenant beaucoup de chansons métal, puisque la vitesse et la technique de ce genre l’attirait et le motivait beaucoup. Il cite par exemple comme influence majeur le groupe de métal progressif Dream Theater, étant reconnu pour leur technicité instrumentale époustouflante. 

Shaun a épaté grandement les spectateurs avec ses prouesses au manche et avec ses compositions hautement mélodiques et originales. Il a joué deux de ses nouvelles chansons qu’il planifie d’enregistrer prochainement, une plus vieille composition intitulée The Old Coffee Shop et une chanson blues des années 30 avec laquelle il ne se gêna pas de démontrer également ses talents vocaux. Shaun démontra plusieurs différentes techniques de guitare lors de l’exécution de ses chansons, dont beaucoup d’entre elles relèvent du fingerstyle. Il a même eu droit à une ovation debout du public à la fin de son spectacle, qui était bien mérité.

C’était ensuite le tour de Thomé Young de divertir le public. Ce dernier explique d’abord aux spectateurs que son arrière grand oncle, Thomas Lejeune, était le premier Lejeune à naitre à Pointe-Verte et qu’il était reconnu comme étant le fou du village. Thomas Lejeune se faisait communément appeler Thomé Young et Pascal affirme que les Lejeune de Pointe-Verte se font maintenant appeler les Thomé Young, d’où son nouveau nom de scène. Il joua ensuite plusieurs chansons de son nouvel album, Victoria (dédié à sa grand-mère Victoria, décédée en 2003), dont Le croche à Edgar, Le djâbe dans l’corps et Victoria. Malgré une bronchite, celui-ci a livré une performance énergétique et entrainante. L’humour était également au rendez-vous lors de sa prestation, alors qu’il nous explique les origines du mot orchidée et qu’il nous raconte certaines anecdotes récentes qui ont fait grandement rire les spectateurs.


Ces vitrines nous font constater à quel point ces artistes travaillent fort et mettent toute leur passion pour vivre de leur art, il est donc très important de les encourager et de démontrer notre support, que ce soit en achetant leur album, en assistant à leur spectacle ou tout simplement en leur laissant savoir notre appréciation à leur égard via réseaux sociaux ou par courriel. Nous ne devons pas prendre pour acquis nos artistes francophones, puisque la vie d’artiste n’est guère simple mais que pour bon nombre d’entre eux, le support vaut bien plus que l’argent.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger