De la CLASSE à Moncton en septembre?

par Mathieu Plourde Turcotte

Les membres de la CLASSE (coalition large de l’association pour une solidarité syndicale étudiante) ont annoncé leurs intérêts, voire même une garantie de leur venue éventuelle à l’université de Moncton, a affirmé le secrétaire aux communications de la coalition. Pour officialiser le tout, reste seulement à savoir la date exacte, à indiquer le même secrétaire des communications et à avoir la confirmation des fonds pour financer le tout de la part du groupe de citoyen qui aimerait les faire venir à Moncton. « L’organisation est bien avancée, mais il reste la confirmation des fonds », a fait savoir Sylvain Bérubé, l’un des instigateurs de cette initiative. Pour donner une idée de ce que cela pourrait être à Moncton, vous verrez dans les textes qui suivent un aperçu de ce qu’est le mouvement, de ce qu’il fait dans sa présente tournée des régions et de ce que représente son porte-parole.

Gabriel Nadeau Dubois, porte parole de celle-ci et surtout l’un des emblèmes de la mobilisation étudiante québécoise du printemps dit « érable », présent à Trois-Pistoles dans une tournée des régions que donne l’organisme tout au long de l’été pour sensibiliser celle-ci au manifeste lancé le 12 juillet, a bien voulu répondre aux questions du Front.

Tout d’abord, la CLASSE n’a pas encore étudié la question de l’expansion de leur mouvement vers certains endroits du reste du Canada. Pour l’instant, dit-il, nous faisons seulement visiter les endroits où les gens nous invitent. Toutefois, monsieur Nadeau-Dubois n’a pas nié que la question puisse éventuellement s’étudier. Pour ceux qui craignent leur venue, comme ce fut le cas à l’Université du Québec en Outaouais, à Rimouski, à Baie-Saint-Paul et à Trois-Pistoles – le festival accompagnant cette dernière suscita une levée de boucliers en raison de la simple présence de Nadeau-Dubois –, rien n’est moins dangereux que leur présence, cette venue étant une parmi beaucoup d’autres au déroulement très pacifique. Cette conférence qui avait lieu dans ce petit village de 3500 habitants légèrement gonflé l’été par le retour des jeunes étudiants dans leur famille et par la présence de touristes aura tout de même attiré une foule d’un peu plus de 200 personnes juste pour sa conférence.

Partagez!