« De l’autre côté du miroir » : à la découverte de d’autres réalités

JF_DeL'autreCôtéDuMiroir_1avril2015

Un aperçu de quelques œuvres de la collection « De l’autre côté du miroir », présentement exposées au centre culturel Aberdeen.

Par Justin Frenette

Les adeptes de la photographie ont pu admirer les œuvres de la collection De l’autre côté du miroir de l’artiste Frédéric Gayer pour la toute première fois lors du vernissage de sa collection, le 26 mars au corridor du deuxième étage du centre Aberdeen de Moncton.

Frédéric Gayer est un graphiste et photographe originaire de la France ayant déménagé à Moncton en 2012 qui n’est pas du tout nouveau au monde de la communication graphique. En effet, celui-ci a 25 ans d’expérience dans le domaine et a donné plusieurs formations à des graphistes débutants et juniors ainsi que des formations d’art plastique à des enfants, en plus d’avoir été directeur artistique de photographes, concepteurs, rédacteurs et illustrateurs. En plus d’être graphiste et photographe, celui-ci est également peintre et illustrateur. De l’autre côté du miroir est la quatrième exposition de sa carrière, la première étant une exposition de photos en couleur au centre Aberdeen intitulée Moncton promenade (30 images de la ville de Moncton par un nouvel arrivant) en juillet 2013, la deuxième étant une exposition de photos en noir et blanc toujours au centre Aberdeen intitulée Abandoned (100 images de bâtiments abandonnés dans les provinces atlantiques) en avril 2014, et la troisième étant une autre exposition d’Abandoned, cette fois-ci au Congrès du Patrimoine Canadien à l’Ile-du-Prince-Édouard en octobre 2014.

L’exposition, qui se tient jusqu’au 24 avril 2015, présente 20 photographies numériques en noir et blanc sur aluminium brossé en format 36’’ X 24’’. L’artiste explique avoir fait référence au roman Through the Looking Glass (And What Alice Found There) de Lewis Carroll, la suite du conte classique Alice au pays des merveilles. L’objectif principal de ses photographies était de «montrer une autre réalité à travers des écrans tels qu’un rideau d’eau, une vitrine, une image à travers le brouillard, un filet de pêche ou tout simplement l’image inversée d’un miroir». Il affirme également que le concept derrière le support en aluminium était de renforcer l’idée d’une autre réalité par le fait que la personne admirant l’œuvre devrait pouvoir voir son image reflétée sur la surface. «En cela le spectateur devient lui-même partie intégrante de l’œuvre d’une manière furtive.», poursuit-il. «Le spectateur est convié à la fois au regard intérieur et au prolongement de l’œil pénétrant la surface. On doit sentir et ressentir les atmosphères et leur charge d’émotions. C’est aussi une réflexion des choses les unes dans les autres qui tendent à exprimer que nous sommes à la fois liés et séparés.»

Les photographies de Frédéric représentent entre autres des images d’un quai, d’une route à travers le pare-brise d’une voiture, d’un immeuble reflété sur les fenêtres d’un autre immeuble, d’une maison à travers une fenêtre et de la réflexion du bras d’un joueur de grosse caisse à travers la surface transparente de sa grosse caisse.

Un rappel que l’exposition se tient jusqu’au 24 avril 2015 et que l’entrée est libre, ne manquez donc pas l’occasion d’aller admirer ces œuvres si vous ne l’avez pas déjà fait!

 

Partagez!