Les débuts de Loretta : les dessous d’une production étudiante réussie

Les acteurs Tommy Desrosiers, Monica Bolduc et Émilien Cormier dans la pièce « Les débuts de Loretta ». Photo : Chloé Richard, Le Front

Les débuts de Loretta, c’est une comédie organisée par le Département d’art dramatique de l’Université de Moncton, en représentation chaque soir jusqu’au samedi 9 décembre. Une telle pièce apporte de nombreux défis pour un petit département, mais contribue à la formation pratique qu’offre l’Université de Moncton.

Cette pièce raconte l’histoire d’une jeune femme, Loretta (Monica Bolduc), qui quitte sa famille et se retrouve dans une chambre de motel dans la grande ville. C’est là où Loretta forme une amitié avec la femme de ménage du motel, Sophie (Danica Roy), une Russe qui se fait plutôt diriger par son père un ancien membre de la KGB.

Nous apprenons que Loretta travaille comme serveuse et souhaite faire le plus d’argent possible. C’est en rencontrant deux individus : Dave (Tommy Des Rosiers), qui est obsessivement amoureux de Loretta, et Michael (Émilien Cormier), qui souhaite réaliser un film érotique, que Loretta pense atteindre son objectif.

L’organisation de Les débuts de Loretta

Une pièce de théâtre prend beaucoup de temps et d’effort à monter. Quelques semaines avant que la pièce fut présentée au public, les comédiens faisaient des 12 heures par jour. En effet, nous pouvons voir qu’ils ont mis beaucoup d’efforts dans cette pièce incroyable.

La raison principale pour laquelle ils ont choisi Les débuts de Loretta est à cause des extrêmes des personnages.

Danica Roy, une étudiante de la 4e année en art dramatique, qui joue le rôle de Sophie, nous dit que pour elle, son plus gros défi était qu’elle devait jouer le rôle d’un personnage russe, car elle devait apprendre l’accent et des mots russes ainsi que leur culture.

Pour Émilien Cormier, le fait d’aller chercher de l’information et de l’incorporer était l’un des défis. « Un des plus gros défis en jouant le rôle de Michael est que c’est un personnage très éloigné de moi », dit-il.

Il a bien aimé une scène de la pièce en particulier.

« Ma scène préférée serait la dernière scène, car on peut vraiment voir les vrais personnages. On voit ce que les personnages veulent vraiment, on voit que les personnages se transforment »

– Émilien Cormier, qui joue Michael

Les étudiants Monica Bolduc, Émilien Cormier et Danica Roy dans une scène de la pièce. Photo : Chloé Richard

Pas juste une pièce, mais un examen de fin de session

Cette pièce était la dernière étape de plusieurs cours des étudiants en art dramatique. Ceux-ci ne s’occupaient pas seulement de la jouer, mais aussi de faire l’éclairage, la technique et la scénographie. Les étudiants aiment bien ce côté pratique de la formation.

En fait, c’est pour cette raison que Danica Roy a choisi ce programme, puisqu’il est plus pratique comparé aux autres. À l’Université de Moncton, les étudiants apprennent comment faire les costumes et le décor, nous informe-t-elle.

Le fait d’être dans un aussi petit département amène aussi ses avantages et ses désavantages.

« C’est plaisant, car nos profs ont plus de temps pour nous et peuvent vraiment travailler avec nous, mais ça serait du fun de faire la même affaire, mais avec plusieurs personnes »

– Danica Roy, au rôle de Sophie

Le groupe de finissants en art dramatique, étant donné qu’ils sont seulement quatre, se connaissent déjà très bien, mais en montant cette pièce, ils apprennent plutôt le travail d’équipe, nous raconte Émilien Cormier.

Danica Roy nous dit qu’en montant une pièce comme celle-ci, tu bâtis de très bonnes relations avec tes collègues et que tu deviens proche très vite en montant une pièce qui est « intense dans tous les sens ».

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger