Dépenses unilatérales à la FÉÉCUM : dissidences d’opinion à l’exécutif

Par Samuel Legresley
Les opinions s’entrechoquent en cette fin de mandat de l’exécutif de la Fédération des étudiantes et étudiants du centre universitaire de Moncton (FÉÉCUM), particulièrement sur les dépenses récentes faites par le président Moncef Lakouas.
Certains membres du comité exécutif et du conseil d’administration de la FÉÉCUM dénoncent le président pour ses décisions quelques jours avant la fin du mandat 2014-2015,et ont même considéré des « actions concrètes » contre le président.
Des achats légaux, mais controversés
Le président de la FÉÉCUM, Moncef Lakouas
Sans consulter le Conseil d’Administration de la Fédération, Moncef Lakouas a apporté une commande de plus de 500 $ en livres, il y a quelques semaines. C’était afin de les distribuer au Conseil des gouverneurs d’avril où se tient la rencontre annuelle avec l’administration de l’université.
Il affirme que cette mesure a pour but de « développer une culture de comment mener le changement dans une institution qui a besoin de changement », en distribuant des copies d’un livre nommé « Our Iceberg is Melting », qui porte sur la nécessité de changer les choses.
Moncef Lakouas avait également pour objectif de commander 300 gilets dans le but de mener une manifestation à la fin du mois de mars pour la baisse des droits de scolarité, mais une fois le CA informé, il a annulé la commande totalisant plus de 1400 $.
« [Cette manifestation visait à] dénoncer le manque de financement et forcer l’administration et le conseil des gouverneurs de prendre des décisions conscientes. », dit-il. Cependant, cette dernière démarche n’ira pas de l’avant à cause des différences d’opinions. « Maintenant, étant donné que l’exécutif est réticent par rapport à l’idée, la commande a été annulée, et dans ce cas-ci je relance la balle pour le prochain exécutif de trouver des moyens d’amener une manifestation pour dénoncer l’endettement dont on souffre. »
Malgré cela, le président maintient qu’il a le droit de faire ces dépenses en raison de ses fonctions. « J’étais tout à fait dans la légitimité de faire une telle dépense, étant donné que j’étais responsable du budget. »
Le VP interne déplore les actions du président
De l’autre côté, le VP interne sortant Sébastien Lord dénonce le pouvoir trop élevé du président de la FÉÉCUM, malgré le fait que la structure lui permet de le faire. « Ce n’est pas une question de grosses ou petites dépenses, c’est toujours une question du principe. », dit-il. Il maintient que c’est une question de savoir bien gérer les fonds des étudiants : « Le temps, le travail qui est donné par ces étudiants, nous devons avoir un immense respect pour ça. C’est pour ça que d’après moi, l’argent des étudiants devrait être bien dépensé, que ça soit 50 $, 500 $ ou 500 000 $. »
Il dit avoir considéré prendre des « démarches concrètes » contre le président, mais a reculé, compte tenu aussi du fait que le mandat de l’exécutif allait se terminer bientôt. « Après avoir consulté les membres [du CA], on a décidé que c’était pas nécessairement un cours d’idées à suivre. Donc il n’y a rien de gros qui va se passer de ce côté-là. ».
Il déplore donc la structure actuelle, qui permet aux membres de l’exécutif de prendre de telles décisions unilatérales sans conséquence. « Ça démontre des failles qu’on n’a pas vues auparavant dans la constitution et la façon de fonctionner à la FÉÉCUM, où des dépenses peuvent être faites par une seule personne. ».
L’équipe de Moncef Lakouas, Sébastien Lord, Pascal Haché et Freddy Bobo passera le flambeau à l’exécutif 2015-2016 le mercredi 1er avril, donc en recommandation pour le futur, Sébastien Lord propose de réviser ces « failles ». « Pour éviter ces lignes brouillées dans le futur, on devrait se pencher là-dessus en tant que fédération. »

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger