Le développement durable : comprendre les lacunes de notre société

Steve Lee a aussi œuvré aux Nations Unies en tant que défenseur. Photo : Le Front

Plus de 120 personnes se sont déplacées, mercredi soir, à la salle de spectacle du pavillon Jeanne-de-Valois pour assister à une conférence portant sur les Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’Organisation des Nations Unis (ONU).

Steve Lee est un canadien immigré âgé de 25 ans et, entre autres, directeur exécutif de la Foundation for Environmental Stewardship (FES), qui œuvre à conscientiser les jeunes des écoles secondaires et des universités du Canada aux ODD et à comprendre l’urgence de la situation. Premier conférencier de la soirée, il a passé en revue tout ce qu’il y avait à savoir sur le projet de l’ONU. Cet homme très inspirant a su rendre intéressants des sujets qui tendent à être banalisés.

C’est quoi, concrètement, le développement durable ? Une vision qu’ont les optimistes voulant que le monde peut changer, que les mentalités peuvent évoluer et que les grands de ce monde peuvent être conscientisés à l’égalité et l’écologie? C’est un peu plus que cela.

Le développement durable est une idéologie qui soutient cinq grands piliers de la société : le peuple, la planète, la prospérité, la paix et les partenariats (les « 5 Ps »). C’est en réalité un grand nombre d’actions et de valeurs à respecter pour améliorer la qualité de vie de chacun. Au début de l’année 2016, l’ONU a adopté 17 objectifs à atteindre mondialement d’ici 2030 en lien avec le développement durable (ODD). Quels sont-ils?

Objectifs sociaux, économiques et environnementaux

On peut diviser les Objectifs de Développement durable en différentes catégories. Tout d’abord, les six premiers objectifs concernent l’aspect social ou humain : la fin de la pauvreté (1), « Zéro hunger » ou faim et alimentation (2), bonne santé et bien-être (3), éducation de qualité (4), égalité entre les sexes (5) et eau propre et assainissement (6).

Ensuite, les six suivants sont axés sur l’économie, et donc, la prospérité de tous : énergie propre à un coût abordable (7), travail décent et croissance économique, industrie, innovation et infrastructure (8), inégalités réduites (9), villes et communautés durables (10) et consommation et production responsables (11).

Les trois prochains portent sur l’environnement : mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques (12), vie aquatique (13) et vie terrestre (14). Les deux derniers sont dans une catégorie à part : paix, justice et institutions efficaces (16) et partenariat pour la réalisation des objectifs (17).

Tous ces mots peuvent paraître superficiels et sans importance, mais ce ne sont que des simplifications des objectifs qui sont beaucoup plus larges que ces simples groupes de mots.

Agir ensemble pour le mieux de tous

Tous ces objectifs, pour fonctionner, doivent se baser sur le dernier d’entre eux : le partenariat. Aucun des pays du monde ne pourra accéder au développement durable sans avoir l’aide de l’entièreté de la planète, a insisté Steve Lee lors de sa conférence.

Il tient aussi à préciser que, même si certains urgent plus que d’autres, chaque objectif est d’importance égale aux autres. Il est bien évident qu’un seul être ne peut réussir à lui seul à concrétiser tous ces objectifs. Le conférencier finit sa présentation en expliquant qu’il faut s’impliquer de façon à être le plus efficace possible. Choisir un domaine qui nous intéresse ne veut pas dire laisser de côté les autres; c’est seulement donner la chance à d’autres de faire un meilleur travail.

Le site web des Nations Unies permet de suivre les avancées et les nouvelles par rapport aux Objectifs de Développement Durable de l’ONU.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger