Devrions-nous adopter un mode de vie actif ?

Par Julie Gaudet

Depuis quelques années, on observe que la population en général adopte un mode de vie de plus en plus actif. De tous côtés, nous sommes encouragés à pratiquer de l’activité physique régulièrement. Cela nous amène à nous demander pourquoi nous devrions opter pour de telles habitudes de vie.

Pour ma part, je pense qu’adopter une vie active est la chose à faire. Nous le constaterons dans ce qui suit, l’exercice permet l’obtention de bienfaits physiologiques, comme la protection contre les maladies chroniques, ainsi que de bienfaits psychologiques, plus précisément la réduction des états dépressifs et anxieux.

Premièrement, un mode de vie actif permet aux gens de demeurer en bonne santé physique. En effet, le risque de contacter un grand nombre de maladies chroniques diminue grandement grâce à la pratique régulière d’activité physique. Selon Santé Canada, celle-ci réduirait, par exemple, les risques de coronaropathies, d’hypertension, d’accidents vasculaires cérébraux, de diabète de type 2, d’ostéoporose et de bien d’autres problèmes de santé.

Du côté des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux, l’exercice quotidien réduirait leurs facteurs de risques de façons distinctes ; soit en diminuant la tension artérielle, en augmentant le taux d’oxygène dans l’organisme, en facilitant la conservation d’un poids normal, etc. En ce qui concerne l’ostéoporose, encore d’après Santé Canada, des exercices de musculation réduiraient le taux de perte osseuse qui lui est associé.

L’activité physique est donc très importante chez les aînés pour assurer le maintien d’une bonne condition physique et pour maintenir des habiletés motrices. Cela peut jouer un rôle majeur dans la prévention de chutes. Par ailleurs, 50 % de la perte des capacités fonctionnelles entre l’âge de 30 ans et l’âge de 70 ans ne vient pas du vieillissement, mais plutôt du mode de vie inactif.  Il me paraît donc évident que la pratique quotidienne de l’activité physique soit nécessaire au bon fonctionnement physiologique du corps humain.

Deuxièmement, un mode de vie actif permet une meilleure santé mentale. Des études suggèrent même que l’activité physique serait dans certains cas aussi efficace que la prescription de médicaments. D’une part, l’exercice physique, plus spécifiquement aérobique, diminue la sensibilité à l’anxiété, qui est, elle-même, précurseur des crises d’anxiété et des troubles de paniques.

Ceux et celles ayant une sensibilité élevée à l’anxiété vont avoir une mauvaise interprétation de ces sensations physique, ce qui déclenchera une attaque de panique. L’exercice aérobique reproduit ces sensations physiques. Par exemple, l’augmentation du rythme cardiaque qui permet aux gens de s’habituer à ce genre de stimuli.

D’autre part, des études démontrent que l’activité physique atténue les symptômes dépressifs. Une étude compare la course à la psychothérapie et confirme que celle-ci réduit en effets les symptômes de la dépression. Cela dit, on comprend que la santé mentale et le mode de vie actif fonctionnent main dans la main.

En somme, il serait important d’adopter et de maintenir un mode de vie actif. Celui-ci assure la bonne santé en nous procurant des avantages sur le plan physiologique et psychologique.

Je crois que tous devraient dès maintenant prendre les démarches vers un mode de vie plus actif. Qu’en pensez-vous ?

La section Plume libre est publiée en partenariat avec le Département d’études françaises de l’Université de Moncton.

Partagez!