Donald Trump le solitaire embrassé : la gifle à l’Establishment américain

Le monde entier était rassemblé devant sa télévision ou sa radio dans la nuit du mardi 8 novembre au mercredi 9 novembre 2016. La raison? L’attente des résultats de l’élection à la présidence des États-Unis d’Amérique soit Donald Trump du parti Républicain. La Chaine TMC a rassemblé à elle seule 256 000 personnes et BFM TV en France, 346 000 téléspectateurs. Si l’on se projette sur les autres pays, il se pourrait que l’on soit dans des proportions énormes en termes de population. Cette attente massive du peuple est due à la place qu’occupent les États-Unis, aussi bien sur le plan militaire que sur le plan économique, mais aussi à la probabilité que Donald Trump, candidat du parti Républicain, puisse accéder à la présidence des États-Unis. Une fixation est faite sur ce candidat parce qu’il ne possède aucune expérience politique, il est imprévisible et il est donc susceptible de bouleverser de façon négative les relations internationales.

Le verdict est tombé tôt dans la matinée du mercredi 9 novembre 2016. C’est Donald Trump qui a remporté cette élection grâce aux votes de 290 Grands Électeurs. Ce fait est d’autant plus étonnant à la lumière de la relation politico-médiatique qui a nourri cette élection, en menant une campagne contre la personne de Donald Trump. En effet, plusieurs sondages donnaient la candidate du parti Démocrate, Hillary Clinton, vainqueur de l’élection présidentielle américaine. Ces sondages ne considéraient pas le ressenti de certaines populations américaines. Ces populations avaient surement toujours dans leur tête les conséquences de la crise de 2008. Le pire pour eux, c’est que les responsables de cette crise n’ont quasiment pas fait de prison. Ces derniers ont juste payé  des amendes.

La dénonciation du monde politico-médiatique en est arrivée à toucher le parti Républicain au point que ce dernier s’est désolidarisé, d’une certaine manière, de son candidat. L’élection de Donald Trump doit être comprise comme le refus d’une grande partie de la population américaine face aux élites établies. Cette hypothèse peut être justifiée en s’appuyant sur le refus du parti Républicain de soutenir Trump et par la perte de certains États par les Démocrates (États considérés jadis comme les terrains électoraux de ce parti). En effet, celui-ci était représenté par un produit de l’establishment américain : Hillary Clinton. Il s’agit là d’une sanction contre l’establishment américain, un « NON » à la pensée que les élites voudraient imposer au peuple. « Il y a une Amérique qui est blessée, qui est humiliée, qui se sent déclassée, elle veut de la grandeur, de la fierté, c’est Donald Trump qui incarnait ce que cette Amérique souhaitait » déclarait Dominique De Villepin, ancien Premier ministre français. Le peuple a voulu se faire entendre, il a donc pris le pouvoir en élisant une personne décriée par la société bien-pensante.

La victoire de Donald Trump à la tête des États-Unis peut être considérée comme une victoire du peuple. Il est vrai que le Congrès est à majorité Républicaine, mais cela ne veut pas obligatoirement dire que toutes les décisions que Donald Trump prendra seront validées par le Congrès. Quant à la peur qui habite certains américains, il faut espérer que le Congrès restera raisonnable et que les décisions qui seront adoptées ne mettront pas à mal le pays.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger