Éditorial : À bientôt?

par Danielle Bilodeau, rédactrice en chef

Irez-vous au forum citoyen pour l’éducation cet après-midi? C’est la question de la semaine (ou, plutôt, de la rentrée) et si on ne vous l’a pas déjà demandé, ça va vous arriver bientôt. Vous n’avez certainement pas pu manquer les affiches qui sont un peu partout sur le campus et les nombreuses conversations à ce sujet qui vous entourent. Vous devez aussi avoir un ami de près ou de loin qui a participé à l’organisation de l’évènement et qui vous aura invité à y participer sur Facebook. Plusieurs de ces derniers ont d’ailleurs des photos de profil de l’image promotionnelle du forum. Il est devenu assez difficile de savoir à qui on parle dernièrement.

Donc, serez-vous parmi ceux qui iront commencer le débat sur l’éducation au Nouveau-Brunswick? Irez-vous entendre les porte-paroles de la CLASSE et les autres invités distingués? Poserez-vous des questions et continuerez-vous la discussion par la suite? Parce qu’il ne faut pas oublier que tout ne commence et ne s’arrête pas aujourd’hui.

Aujourd’hui, ce n’est qu’un début, un point de départ qui nous mènera où… on ne sait trop, mais devant on l’espère. Dans un peu le même esprit que la campagne « Réveille » de la FÉÉCUM l’année dernière, les organisateurs de ce forum citoyen veulent vous pousser à discuter, mais tout d’abord à comprendre. C’est pourquoi ce sont les conférenciers qui commenceront l’évènement. C’est à partir de ces présentations que nous formerons nos questions et que nous pourrons alimenter le débat.

Je suivrai donc l’exemple du groupe citoyen qui a organisé l’évènement, ainsi que la FÉÉCUM, en vous invitant d’y participer. L’éducation postsecondaire nous concerne tous et c’est en s’informant que nous pourrons mieux comprendre les enjeux qui nous concernent et avoir une influence positive sur eux.

Malgré ce que certains peuvent croire, ce forum ne chercher pas à nous pousser à la manifestation étudiante comme nous avons pu voir au Québec. La CLASSE vient partager son expérience et ses remarques par rapport à leur méthode de gestion de la hausse des frais de scolarité, rien de plus ni de moins. La situation du Nouveau-Brunswick n’est pas pareille que celle au Québec et si nous voulons proposer des solutions, nous devrons avoir une approche différente.

Si je peux me permettre de citer la description de l’évènement sur Facebook : « Aucun enjeu ne se cerne et ne se règle sans une prise de conscience, et aucune prise de conscience ne se fait sans réflexion. Or, toute réflexion se développe et se construit à travers le dialogue, le partage d’idées et le débat. »

Donc, venez dialoguer avec nous cet après-midi, venez vous informer sur les effets de l’endettement étudiant sur nous et sur la société néo-brunswickoise qui nous entoure. Venez partager vos idées et venez alimenter un débat qui commence ici, de façon très humble, et qui, espérons-le, nous mènera loin.

À bientôt!

Partagez!