Éditorial : Un peu d’encouragement s.v.p.

par Danielle Bilodeau, rédactrice en chef

Vous rendez-vous compte que notre équipe de volleyball universitaire n’a pas perdu une seule partie à ce jour? Est-ce que vous réalisez aussi que seulement une vingtaine d’étudiants se sont rendus au Pep Rally de la semaine dernière? Pourquoi le manque d’intérêt? Ce n’est certainement pas parce que nous avons une mauvaise équipe, leurs performances nous démontrent bien le contraire.

N’étiez-vous peut-être pas au courant de l’évènement? C’est aussi possible, mais si vous suivez les courriels hebdomadaires de la part de la FÉÉCUM, cette raison aussi tombe à l’eau. Alors où est le problème? Est-ce parce qu’il s’agit d’un sport féminin? Le Front a déjà exploré par le passé la différence en participation entre les sports féminins et masculins. Par contre, dans ce cas-ci il n’y a pas d’option entre une équipe masculine et féminine; il y en a seulement une.

C’est entièrement malheureux de voir ce manque d’intérêt envers nos équipes féminines. Pourtant, ce qu’elles accomplissent est tout aussi intéressant que chez les hommes. En plus de suivre des études à temps plein, ces athlètes ont des pratiques régulières, des parties à toutes les fins de semaine et des tournois à distance. Ce vendredi nos joueuses de volleyball partent pour Montréal et reviennent seulement dimanche. Vous imaginez avoir quatre parties de tournoi dans une fin de semaine, en plus de tous vos devoirs et projets de fin de semestre?

Procrastiner pour le bien commun
Vous devez certainement vous en douter que je vais finir par mentionner les études comme raison valable pourquoi vous ne pouviez pas vous rendre au Pep Rally de vendredi soir. Quoiqu’il est vrai que les études sont très importantes, je pense que nous pouvons tous nous reconnaitre dans la caricature au bas de cette page.

Nous procrastinons tous, aussi bien nous l’avouer, mais nous avons aussi l’option de choisir comment nous allons procrastiner. Pourquoi ne pas profiter de ce moment de détente pour encourager nos athlètes? C’est une belle opportunité pour prendre un peu d’air, se changer les idées et pouvoir mieux se remettre au travail par la suite.

NDLR : Je tiens à spécifier que moi non plus je n’étais pas au pep rallye de vendredi dernier. Mon excuse n’est pas meilleure que la vôtre et cet appel à la participation vise tout le monde également, moi-même compris.

Partagez!