Édtorial : On s’implique, mais pour quoi ?

par Marc André LaPlante, rédacteur en chef

La semaine prochaine aura lieu le Gala para-académique 2012, et il s’agit d’une excellente occasion de réfléchir à la façon dont la communauté universitaire valorise l’implication au niveau universitaire.

D’entrée de jeu, le gala est une excellente occasion de remercier, de féliciter et de reconnaître les gens qui s’impliquent sur le campus pour rendre la vie universitaire plus agréable pour tous. Cependant, il en faudrait bien plus.

Le travail que mettent les étudiants qui s’impliquent dans certains comités est fortement sous-évalué. Pour certains, il y a une petite bourse au bout du compte, mais qui est disproportionnée lorsque l’on regarde le travail demandé. La réalité, présentement, est qu’un étudiant impliqué sur le campus se voit pénalisé dans ses études étant donné le nombre d’heures qu’il doit mettre en raison de son implication.

On sait déjà que dans plusieurs programmes, les étudiants se doivent de suivre des cours options franchement inutiles dans lesquels ils n’apprendront absolument rien qui leur servira un jour. Pourquoi ne pas offrir la chance aux étudiants de s’éviter l’un de ces cours, et être crédités pour leur implication ? Les membres des conseils étudiants devraient être crédités pour le travail qu’ils font. Ils s’en trouveraient alors moins désavantagés, étant donné que cela leur permettrait d’alléger un peu leur charge de cours.

Cela permettrait aussi à un plus grand nombre d’étudiants de s’engager réellement, et permettrait une vie étudiante plus riche et plus vivante.

Chapeau à Un sur dix
C’est cette semaine que le comité Un sur dix de l’Université de Moncton organise la Semaine de sensibilisation à la diversité sexuelle, et les choses sont faites en grand, avec le drapeau de la fierté LBGT qui flotte sur le campus de Moncton pour la toute première fois.

Quelle belle décision de l’administration de l’Université d’aller de l’avant avec cette nouvelle initiative et d’encourager et d’endosser les activités de la Semaine de sensibilisation à la diversité sexuelle.

Le mercredi 21 mars est d’ailleurs la journée des alliés. Cette journée est extrêmement importante, car elle permet la reconnaissance du travail de tous dans la lutte pour les droits des minorités sexuelles. L’été dernier, on remarquait une assez bonne présence hétérosexuelle lors de la parade de la fierté à Moncton. C’est une tendance qui doit se poursuivre. Mais surtout, pour leur travail au courant de la semaine, chapeau à Un sur dix.

Partagez!