Élections FÉÉCUM : la population étudiante votera-t-elle?

Les élections de la Fédération des étudiantes et étudiants du campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) approchent à grands pas. Le 29 février et 1er mars prochain, le but ultime sera le suivant : atteindre le quorum.

Depuis deux ans, la FÉÉCUM a de la difficulté à atteindre le quorum étant donné la mise en candidature d’une seule équipe de quatre personnes, soit un candidat pour chaque poste à combler.

Vote_23sept

La FÉÉCUM espère que les étudiants et étudiantes utiliseront leur droit de vote lors des prochaines élections de la fédération étudiante. Le vote aura lieu le 29 février et le 1er mars 2016 prochain.

Cette année, le nombre de candidats pourra peut-être faire changer le vent de côté : deux postes sont contestés et ce sont six candidats qui vont être sur le bulletin de vote la semaine prochaine.

Samuele Acca, vice-président exécutif sortant, voit le tout de manière très positive : « Les gens ne se sont pas fait décourager par le fait qu’il y a déjà une équipe qui se présente. Moi je trouve ça exceptionnel. L’année passée, le problème qu’on avait eu c’est que les gens n’étaient juste pas intéressés à participer. Il n’y avait de postes contestés, donc ce que les étudiants se disaient c’est que ces gens-là vont gagner de toute façon, mais ce que les gens ne réalisaient pas, c’est que si on n’avait pas le quorum, il y aurait fallu tout recommencer du début : la mise en candidature, etc. »

Une expérience à oublier

Le vote de l’an passé a été un cauchemar pour les postulants et pour les personnes impliquées dans l’élection.

Samuele Acca témoigne : « Nous, jusqu’à deux heures avant la clôture des votes, on n’avait pas le quorum et on courrait à gauche à droite pour chercher des gens pour voter. Ce n’était pas le fun. »

Le bar Le Coude avait même offert des cafés gratuits aux gens qui passaient pour voter et on pouvait voir un peu partout sur le campus « VOTEZ FÉÉCUM » inscrit dans les bancs de neige. Ces efforts ont finalement mené au quorum qui a été atteint à 26,7 % et qui devait être d’au moins 25 % des étudiants à temps plein.

Cette année, la situation sera différente, on l’espère : « Je pense qu’il ne devrait pas avoir de problème cette année à atteindre le quorum, mais on verra. Il n’y aura pas de café gratuit en tout cas », lance Samuele à la blague.

Tout au long de la semaine, les postulants devront non seulement convaincre les étudiants de voter pour eux, mais aussi de voter point à la ligne. Un premier défi qui sera de taille pour nos futurs membres de l’exécutif.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger