Exposition sur la vie étudiante au musée Acadien

par Cassandre Armelle Vertus
Cette semaine, beaucoup d’activités ont pris place au campus universitaire de Moncton, dont l’exposition sur la vie étudiante à l’Université de Moncton. En entrant dans la pièce où a lieu l’exposition, on a l’impression d’être dans un salon universitaire à peu de choses près. La pièce est divisée de façon équitable, chaque coin étant réservé à une période de l’histoire de l’Université. Enfin, une représentation d’un des anciens bar étudiant trône à la fin du parcours. Dès que l’on se met à longer les murs pour prendre connaissance du contenu de l’exposition, une vague du passé saute à la gorge. En effet, on dirait un hymne à la vie étudiante elle-même. Des chapitres de l’histoire de l’Université s’étalent sous les yeux, de sa création en 1975 jusqu’à la contestation de l’augmentation des frais de scolarité bien plus tard, en 2013.

L’exposition met doublement en relief ces contestations, car l’histoire a voulu qu’une situation pareille se soit déjà produite, dans les années antérieures. En 1960-1970, il y a eu beaucoup de  revendications, menant ultimement à la formation du mouvement étudiant de l’Université de Moncton. On peut citer, entre autres, la remise d’une tête de cochon au maire en signe de protestation; la réalisation du film « L’Acadie, l‘Acadie?!? », qui retrace le réveil acadien se manifestant par la révolte des étudiants de l’Université en 1968; l’occupation du pavillon des sciences en cette même année. Les étudiants ont alors manifesté contre la hausse des frais de scolarité et réclamé également des services en français car, à cette époque, la province n’était pas encore officiellement bilingue.

Tout œil attentif verrait bien des similitudes entre le mécontentement étudiant de l’époque et celui d’aujourd’hui. Toutefois, il faut dire qu’il se différenciait surtout par la méthode. En effet, le conseil étudiant  des années antérieures était axé davantage sur l’utilisation de moyens de pression en vue de faire capituler ses opposants. Les leaders du mouvement étudiant contemporain privilégient la coopération et la négociation en vue d’atteindre leur fin.

Au fil de l’exposition, on remarque nettement la progression réalisée au cours des ans. Il suffit de jeter un œil sur les quelques exemplaires de journaux étudiants, ancêtres du Front : l’Embryon, la Mèche, l’Insecte, le Microbe. Sans oublier les transformations subies par le lieu de détente des étudiants qui est passé de « l’Elucubratoire » au « Kacho », puis à « l’Osmose » et enfin au « 63 ».

« Moi j’encourage les étudiants à venir, car ça démontre bien quels changements ont été faits au fil des années »,  sont les mots de Veronic Comeau, guide interprète du musée Acadien.

Un vernissage aura lieu le mardi 17 septembre au musée de 17h à 19h. L’exposition se termine le 29 septembre : Les étudiants ont donc amplement le temps de venir découvrir tout ce qu’ils ignoraient encore au sujet de leur université!

Partagez!