Le Faubourg du Mascaret, foyer au croisement des âges

Le Faubourg du Mascaret et l’aile en construction. Photo : Samuel LeGresley, Le Front

Le nouveau complexe de retraite sur le campus de l’Université de Moncton a ouvert ses portes à la rentrée universitaire. L’institution vient de signer officiellement un protocole d’entente avec la compagnie Shannex. Que sous-entend réellement cette collaboration entre le Faubourg du Mascaret et le l’Université ?

Il existe un partenariat à deux niveaux entre le campus et la compagnie Shannex.

Suzanne Dupuis-Blanchard, professeure et chercheuse sur le vieillissement de la population au campus de Moncton explique qu’au départ, l’entreprise a approché l’Université pour une entente sur la location des terres.

« Le premier niveau, c’est que l’Université de Moncton a loué ses terres de l’autre côté de la rue à la compagnie Shannex pour construire le complexe résidentiel Faubourg du Mascaret », dit-elle.

Les terres boisées au-delà de la rue Morton, où se trouvent la faculté de médecine et le nouveau complexe, sont des terres appartenant à l’Université.

Le deuxième volet du partenariat est la création d’un complexe résidentiel au sein duquel des recherches et de l’enseignement seront intégrés.

« Quelle belle opportunité ! On est le 2e campus au Canada à avoir un logement de personnes âgées et c’est nous qui l’avons directement sur notre campus », précise la professeure.

Le protocole d’entente d’une durée de cinq ans, signé le 28 septembre dernier, officialise le Centre collaboratif d’apprentissage sur le vieillissement. Les étudiants et les chercheurs pourront donc étudier la santé et le vieillissement à même le campus.

Le Faubourg du Mascaret est de l’autre côté de la rue Morton, partiellement visible du Stade de Moncton. Photo : Samuel LeGresley, Le Front

Des stages potentiels?

Ce complexe touche les étudiants de toutes les facultés, non seulement ceux du domaine de la santé.

« On verrait même les étudiants en droit aller donner de l’information sur des documents légaux,  les étudiants en administration qui feraient des informations sur les retours d’impôt au Faubourg, ou aussi les étudiants en nutrition, [qui] pourraient faire le bilan de l’évaluation nutritionnelle chez les personnes âgées », souligne Suzanne Dupuis-Blanchard.

Pour l’instant, il y a une ouverture vers toutes les facultés. L’idée à long terme serait d’avoir des étudiants qui iraient faire des stages communautaires.

« Des stages d’étudiants des sciences infirmières sont prévus à partir du mois de février. C’est la seule demande d’une faculté qu’on a reçue jusqu’à présent », précise la chercheure. Cette dernière souligne qu’il y a même des possibilités d’emploi. De plus, certains étudiants en sciences infirmières sont déjà embauchés pour faire des rotations d’une journée par fin de semaine au complexe.

Stages non-rémunérés du côté des sciences infirmières

Par ailleurs, Suzanne Dupuis-Blanchard précise que l’association professionnelle en sciences infirmière ne permet pas les stages rémunérés, mais que ces stages peuvent dans le fond aboutir à un emploi rémunéré.

« Malheureusement, c’est encore non rémunéré à ce stade. C’est intéressant parce qu’on ne crée pas de nouveaux stages en tant que tel, on veut travailler avec les programmes et ce qu’ils ont présentement dans leur curriculum », dit-elle.

La Fédération des étudiantes et étudiants de l’Université de Moncton (FÉÉCUM) mène une campagne contre les stages non-rémunérés depuis avril dernier.

Le Faubourg du Mascaret. Photo : Samuel LeGresley, Le Front

« C’est vraiment une opportunité pour les étudiants », dit-elle. « C’est aussi une opportunité qui ne va pas se créer seule. Ça va prendre le vouloir des différents programmes, le vouloir des étudiants d’avoir cette ouverture sur le vieillissement », déclare Suzanne Dupuis-Blanchard.

Le Faubourg, véritable foyer universitaire

Lorsqu’on fait une visite du complexe, au 1er étage, il y a une salle d’accueil, des casiers pour les étudiants, des salles de bain avec douche ainsi qu’un accès au foyer de soins. Au 2e étage se trouve un espace d’enseignement pour les étudiants. Cet espace comprend deux salles de classe avec une capacité de 35 étudiants chacune et une salle de simulation.

« C’est vraiment un lieu d’apprentissage où on peut voir l’intégration de l’enseignement clinique et théorique. C’est un laboratoire vivant. Le Faubourg du mascaret est beaucoup plus qu’un foyer de soins » souligne la professeure.

Deux blocs appartements sont en construction, dédiés aux personnes âgées indépendantes et autonomes (qui peuvent faire leurs repas, conduire, etc.).

La section du Faubourg en construction. Photo : Samuel LeGresley, Le Front

Ensuite, il y a la section pour gens semi-autonomes, conçue présentement pour des personnes qui n’ont pas besoin de soins mais plus de soutien pour leur repas. Ces appartements comprennent des micro-ondes et des réfrigérateurs.

Suzanne Dupuis-Blanchard mentionne que les personnes âgées qui vivront là ont une perte d’autonomie et ont besoin d’aide avec certains aspects, mais pas nécessairement des soins.

En dernier, un autre endroit ouvrira au mois de novembre : le foyer de soins. « Dans ce foyer, il y aura des personnes qu’on appelle de niveau 3 qui ont besoin de soins infirmiers 24h par jour. Tous ces niveaux de soins sont reliés par des corridors. Les blocs appartements ouvrent en été 2018 », mentionne-t-elle.

Lien entre le vieillissement et le travail de la professeure-chercheuse

Suzanne-Dupuis Blanchard est professeure agrégée à l’École de science infirmière. La professeure détient la Chaire de recherche en santé CNFS-Université de Moncton sur le vieillissement des populations.

Suzanne Dupuis-Blanchard, professeure en sciences infirmière et détentrice de la Chaire de recherche en santé CNFS-Université de Moncton sur le vieillissement des populations. Photo : Olivia Adié, Le Front

Ça fait 10 ans que son programme de recherche touche le maintien à domicile des personnes âgées. Elle aborde les questions telles que comment garder les aînés le plus longtemps possible à l’extérieur des institutions (que ce soit dans leur maison, leur appartement, leur condo, etc.). « Il y a deux ans passés j’apprends que sur mon campus, il y aura la construction de cette belle transition d’autonomie de semi-autonome à indépendant et qui touche le maintien à domicile », dit-elle.

La professeure soutient que les personnes qui vont emménager au Faubourg savent qu’ils seront dans un environnement universitaire. Donc, il existe une ouverture de leur part par rapport à cela. « Pour moi, c’est plutôt le volet recherche et je coordonne le comité de collaboration entre l’université et le Faubourg. Alors ma préoccupation avec ce chapeau de responsabilité c’est de m’assurer que ces expériences-là avec les étudiants, au niveau de formation, puissent être possible ».

Elle vient conclure avec ces mots : « On parle des étudiants, mais imagine ce que cela donne à ces personnes âgées d’avoir l’occasion de contribuer à quelque chose. Au niveau qualité de vie, ce n’est pas rien ».

Le Faubourg du Mascaret se situe en bordure de la rue Morton. Photo : Samuel LeGresley, Le Front

La situation du vieillissement au Nouveau-Brunswick

Au Nouveau-Brunswick, une personne sur cinq est présentement âgée de 65 ans et plus. Cela équivaut à 25% de la population néo-brunswickoise.

Pour une première fois, il y a aussi plus de personnes âgées que de jeunes âgés de 14 ans et moins.

Les données du Recensement Canada de 2016, sorties en mai dernier, révèlent que le Nouveau-Brunswick est la province avec le plus haut taux de vieillissement au pays. C’est la raison pour laquelle le gouvernement, les médias et les chercheurs y accordent beaucoup d’importance ces derniers temps.

Suzanne Dupuis-Blanchard affirme que le vieillissement est une question très d’actualité parce qu’on vit certaines situations au N-B auxquelles d’autres provinces ne font pas encore face. « Ces provinces nous regardent en essayant de voir comment nous allons nous organiser et qu’est-ce qu’on fera avec ce vieillissement de la population ».

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger