La FÉÉCUM 2015-2016 a-t-elle atteint ses objectifs?

Le mandat de la Fédération des étudiantes et étudiants du campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) 2015-2016 s’est terminé aujourd’hui. Le président sortant, Pascale Haché, était de passage à l’émission « Pognés dans l’trafic » diffusé sur les ondes de CKUM pour faire un petit compte-rendu de leurs accomplissements durant leur mandat.

La première décision importante, prise lors de la réunion du C.A. d’avril l’an dernier, a été d’abandonner l’agenda fait auparavant par la FÉÉCUM. Des projets ont été entrepris par la suite et en voici un petit résumé fait par le président sortant.

Les membres du conseil de la FÉÉCUM 2015-2016 nous livrent les détails les plus intimes de leur administration.

Les membres du conseil exécutif de la FÉÉCUM 2015-2016. De gauche à droite : Samuele Acca, Jean-François Cyr, Pascal Haché et Alexandre Levasseur. Photo : Le Front.

Les stages non rémunérés 

Le comité exécutif sortant de la fédération a travaillé tout au long de son mandat pour que les stages non rémunérés deviennent des stages rémunérés. Comme Pascal l’explique, des petits pas ont été faits, mais c’est finalement le 29 mars dernier qu’aboutissent les efforts entamés par la FÉÉCUM. L’Université de Moncton et la FÉÉCUM ont signé un protocole d’entente visant la création d’un Fonds de bourses FÉÉCUM pour les étudiantes et les étudiants en stages non rémunérés. Selon Pascal Haché, c’est un bon avancement, mais l’aide du gouvernement sera indispensable pour la suite.

L’exécutif actuel ne pourra pas poursuivre sur le dossier, mais Pascal a espoir que le prochain exécutif continuera sur cette lancée: « Aujourd’hui, on est rendu dans les stades finals de notre approche à nous, mais la prochaine FÉÉCUM va continuer. On a parlé avec le prochain exécutif et ils vont continuer dans ce sens-là aussi. Je suis content de savoir ça! »

Le Coude 

Le projet d’un bar étudiant était une priorité pour l’exécutif actuel, le président sortant ajoute: « C’était notre bébé. Tous les quatre, s’il y avait juste une chose qu’on était capable de faire cette année, on voulait que sa soit ça. » L’idée derrière ce bar et de peut-être avoir une micro-brasserie n’était pas claire au tout début. Il y avait espoir, mais rien n’était certain. La somme estimée au départ était de 75 000 $ qui avait été voté au C.A. L’équipe n’avait aucune idée que ce projet finirait par couter quelque 340 000 $. Après plusieurs mois de travaux de rénovation, le Coude a finalement ouvert ses portes en mars dernier.

Élections fédérales 

«Les élections fédérales d’octobre ont été l’un des premiers gros projets qui nécessitaient de l’organisation mise à part la rentrée, selon le président sortant. « On a fait venir des politiciens sur le campus, on a loué des bus pour sortir voter, on a fait plusieurs choses finalement pour faire sortir le vote. On a aussi télévisé la soirée du débat national au 63, c’était plein. On a fait beaucoup de choses comme ça dès le début pour essayer de faire mobiliser les gens et discuter », souligne Pascal Haché.

Budget communautaire 

Ce budget qui à la base devait couvrir qu’un seul projet s’est transformé et permettra d’en couvrir six. Pascal commente : « C’est un projet qui a été bonifié par l’administration. Ils nous ont donné 20 000 $ de plus, donc là nous avons eu 40 000 $ pour notre budget communautaire. Je suis très content de voir qu’on va avoir six projets qui vont aller de l’avant. »

Application FÉÉCUM 

La sortie de l’application FÉÉCUM a été annoncée plus tôt cette semaine et l’exécutif prévoit que cette initiative remplacera l’agenda aboli au début de leur mandat. Le président sortant affirme que cette alternative sera prête pour septembre.

Banque alimentaire 

Cette initiative a été une idée fixe dès le départ qui s’est rapidement établi. « C’est quelque chose qui a continué toute l’année et qui va se continuer. Il y a encore beaucoup de nourriture, on continue de recevoir des dons. », affirme Pascal.

Le prochain exécutif de la FÉÉCUM, constitué de Roxann Guerrette, Firas Salti, Tristian Gaudet et Alexandre Cédric Doucet, a déjà plusieurs sujets chauds en tête, mais l’équipe actuelle a aussi des projets qu’ils espèrent voir continuer, dont : l’heure de dîner des étudiants augmenté à une heure et trente minutes, la création d’un poste d’ombudsman et les logements abordables.

Pascal ajoute : « On ne veut pas leur imposer des choses non plus (…), on aimerait voir un aboutissement, c’est sûr » conclut-il.

Texte basé sur une entrevue conduite par Marc-André Chambers pour CKUM.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger