Festival PAR NOUS, POUR NOUS : la 3e édition se met en branle

Du 29 mars au 1er avril, le bar étudiant Le Coude sera pris d’assaut par le festival PAR NOUS, POUR NOUS. Le groupe environnemental étudiant, Symbiose, est au cœur de la préparation de la troisième édition du festival annuel.

Pour une troisième année consécutive, musique, poésie, art en direct et tables rondes thématiques seront de la partie. Raton Lover, Nebullama et Les jeunes d’Asteure seront parmi les artistes en vedette pour la clôture de l’événement.

Selon Kevin White, fondateur du festival, PAR NOUS, POUR NOUS prend de l’ampleur tous les ans. Alors que la première édition du festival en 2014 ne durait qu’une journée et qu’en 2015 elle en durait trois, celle-ci s’étendra sur cinq jours.

« Cette année, ça va être rafraichissant. On veut amener plein de nouveau matériel. Il y a beaucoup d’artistes de l’an dernier qu’on aurait aimé ramener, mais on a décidé de laisser place à l’émergence et à de nouveaux bands », affirme Kevin White.

Le fondateur du festival, Kevin White. Photo contribution : Samuel Legresley.

Le festival incorporera aussi une soirée poésie qui se déroulera le jeudi 30 mars, et où présenteront Caroline Bélisle, Amateur Trahan, Éric Cormier, Julie Aubé, Joy Sheedy et Marc Chamberlain. La soirée se terminera en musique avec les groupes Moontunes, Sintax Error et Papa Ya.

De nombreuses activités auront également lieu tout au long du festival, dont un marché, la création d’une toile peinte collectivement et des ateliers de poésie et de peinture.

« On a essayé de diversifier notre contenu cette année », ajoute le fondateur.

Une tournure environnementale

Alors que l’association environnementale étudiante Symbiose n’était que commanditaire l’an dernier, elle devient dorénavant directement affiliée à l’événement.

Le président de Symbiose, Jean-René Doiron. Photo contribution : Annie Desjardins.

Ce fusionnement est avantageux, selon Kevin White.

« Ça nous rend plus crédible. On est maintenant supporté par un comité étudiant ce qui nous donnera accès à plus de ressources ».

Pour sa part, le président de Symbiose, Jean-René Doiron, est tout autant enthousiaste d’attaquer ce nouveau projet.

« On va carrément intégrer les enjeux environnementaux et de justice sociale dans le festival. On veut ajouter des aspects de conscientisation. Nous voulons aussi ajouter des activités parallèles comme des 5 à 7 pour créer des discussions sur l’environnement ».

 

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger