FICFA : un festival impressionnant

par Véronique Wade Gallien

Le bilan de la 25e édition
C’est dans une salle bondée que le Festival international du cinéma francophone en Acadie a présenté son film de clôture, La féé. De toute évidence, le public a aimé le film, puisque les fous rires et les esclaffements ont empli la grande salle du théâtre Capitol pendant toute sa durée.

L’édition du festival comptait plus de soixante dix courts, moyens et longs métrages. Les présentations ont eu lieu entre deux salles de cinéma en raison de la rénovation du cinéma Palais Crystal. La directrice générale du FICFA est tout de même contente du résultat, même si ça n’a pas été facile pour l’équipe : « Ça a été une édition difficile pour l’équipe parce qu’on n’est pas habitués d’avoir deux salles complètement excentrées l’une de l’autre. Ça fait mal un peu au niveau des billetteries, mais les gens qui sont venus voir les films ont été très contents de la programmation. ». Elle ajoute qu’ils se sont rendu compte qu’ils perdaient du public car la salle Empire 8 sur Trinity est loin du centre ville.

Première tempête de l’hiver pour le FICFA
En tant qu’organisateurs d’un évènement, il faut être prêts à toute éventualité, et c’est ce qui s’est passé pour l’équipe du FICFA cette année : « Y’a un soir où on a eu une très bonne prévente de billets, et on a eu une tempête de neige ! » raconte Madame Duguay. Elle poursuit en disant qu’ils ont été déçus à ce niveau. Le festival a quand même été très populaire : « Il y a des films qui ont très bien marché, comme Monsieur Lazhar, par exemple. » Ils se disent très contents de la 25e édition : « On est contents mais on va être très contents de retourner l’année prochaine dans un seul cinéma avec deux salles une à côté de l’autre, » a-t-elle déclaré.

Remise des prix La vague
Lors de la soirée de clôture, les jurys ont remis les prix La vague du FICFA 2011. Dans la catégorie Meilleur long métrage de fiction internationale, le jury a décerné le prix La Vague/TV5 au film franco-belge L’exercice de l’État, de Pierre Schoeller. En ce qui a trait au prix du Meilleur long métrage de fiction canadien, le prix a été décerné à Le vendeur, de Sébastien Pilote.

Moncton Vinyle récompensé
Le film de Paul Bossé, Moncton vinyle, a remporté le Prix La Vague/ Léonard-Forest pour la Meilleure œuvre acadienne moyen ou long métrage. Lors de son allocution, monsieur Paul Bossé souligne qu’il se serait bien passé de la tempête puisqu’elle s’est pointée la même journée que son film, qui a dû être reprogrammé : « J’aurais aimé que mon film soit vu par plus de monde, mais je suis quand même fier du prix. Je suis fier des Productions Broche à foin, qui sont moi, » rajoute-t-il à la blague. Il a encouragé la relève à créer et à aller de l’avant avec la production de leurs films : « Avec la technologie d’aujourd’hui, vous pouvez y arriver. Ça ne prend que du temps et de la volonté. »

Le coup de cœur du public
Le prix La vague Coup de cœur du public à été remporté par le long métrage Canadien Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau.

Partagez!