Générosité, curiosité : voilà Ciré!

DG_PortraitCiré_21oct

L’atout principal de Ciré est sans aucun doute son sourire permanent. Photo: Damien Gaudissart, Le Front

Tous les étudiants la connaissent sans la connaître. Accueillante, souriante et efficace, Ciré Diop fait honneur à sa fonction au Comptoir de services de l’Université de Moncton. Mais derrière la secrétaire se cache une femme et son histoire, toutes deux moins connues du public. Le Front est allé à la découverte de ces facettes peu visibles de la personnalité de Ciré.  

Un rire clair et spontané rompt le monotone murmure du Centre étudiant. Il ne faut même pas attendre le début de l’entrevue pour que le naturel joyeux de Ciré éclate au grand jour. La glace étant déjà brisée par ce moment d’hilarité, l’entretien peut commencer.

« Je viens du Sénégal, de la ville de Dakar », indique-t-elle.

Notre interlocutrice a en effet passé sa scolarité secondaire ainsi qu’une année d’université dans la capitale africaine. Elle y étudiait à la fois le droit et en affaires. Après de multiples péripéties (concours d’entrée en droit des affaires, abandon d’un programme d’études), elle décide en 2007 de traverser l’océan Atlantique pour venir à l’Université de Moncton.

Ce choix résulte en une découverte totale de la communauté francophone du Nouveau-Brunswick : « Je connaissais un peu le Québec, parce que mon père a étudié là-bas. Mais je ne connaissais pas les Acadiens. Aujourd’hui pourtant, je me sens sénégalo-acadienne ».

Ciré semble donc avoir énormément apprécié l’accueil des Néo-Brunswickois. Elle poursuit : « Ici, je me sens comme chez moi. Les gens sont accueillants, gentils, très ouverts d’esprit. Je suis heureuse. »

Elle désire d’ailleurs remercier à sa manière les hérauts du chiac : « J’ai appris beaucoup de choses ici, j’aimerais donc apporter autant à cette communauté ». Mais elle n’en conserve pas moins des liens extrêmement forts avec son pays natal. La plupart de sa famille y habite encore, et elle la revoit toujours avec plaisir. La générosité de Ciré ne se dément pas non plus vis-à-vis de son pays d’accueil, son rêve étant de créer un partenariat entre l’Université de Moncton et le Sénégal, toujours dans cette volonté de réciprocité.

Les multiples influences qui ont façonné la personnalité de l’affable membre du Service aux Étudiants et Étudiants (SAÉÉ) l’ont amené à développer une curiosité et une ouverture impressionnante. Preuve de cette capacité d’adaptation, Ciré révèle que ses voyages préférés ont eu pour destinations Shippagan, au nord de la province, et Montréal, endroit idéal pour retrouver ses amis canadiens et passer de bonnes vacances. Le premier cité l’a particulièrement marquée : « J’aime vraiment [la région de Shippagan], les gens sont chaleureux. C’est cute, je marche puis les gens me disent « Hallo ». »

Si Ciré est très à l’aise au Canada, elle peut aussi aisément deviser de sa passion pour le club de football bruxellois d’Anderlecht que de culture sénégalaise ou internationale.

Au niveau culturel, justement, Ciré a développé des goûts marqués pour les comédies francophones : « J’adore Louis de Funès, je regarde ses films en boucle. J’apprécie tout autant les films d’horreur au cinéma. » En termes de préférences musicales, notre interlocutrice a un faible pour les chansons africaines, qu’elle considère comme sa « base ». En tant que danseuse occasionnelle, le rythme de ces mélodies lui semble être une incitation aux déhanchements endiablés. En dehors de cette préférence, elle écoute tous types de musique. Preuve de son goût pour les menus plaisirs de la vie, son morceau préféré est Une bonne bouteille de vin de Rhéal Leblanc. Enfin, le sport occupe une place importante dans sa vie, et plus particulièrement le taekwondo. « Je suis passionnée par les arts martiaux ».

Comme elle l’avoue honnêtement, la politique l’intéresse un peu moins. Elle n’a pas osé avancer de pronostic pour les élections fédérales de lundi dernier, mais souhaite quand même que le nouveau leader réponde à certaines exigences : « J’espère vraiment que ce sera un très bon Premier ministre pour le Canada, et qu’il amènera le pays vers l’avant ». Le commentaire est d’autant moins étonnant que Ciré est quelqu’un de très perfectionniste : « J’aime que les choses soient bien faites ». Et avec elle, soyez assurés qu’elles le seront!

La membre du SAÉÉ est donc le parfait mélange de la chaleur sénégalaise et de l’accueil acadien. Que vous ayez un problème ou que vous désiriez simplement avoir une conversation conviviale, elle est fidèle au poste. Il ne fait aucun doute que votre moment avec elle, vous l’appréCiré!

Partagez!