Hockey féminin : les Aigles sont sur une bonne lancée

Katryne Villeneuve marque le but gagnant contre la gardienne Taylor Cook des Tommies, pour donner une victoire de 4 à 3 au Bleu et Or, dimanche. Photo : Normand Léger, Aigles Bleus

Les Aigles Bleues ont remporté leur cinquième match préparatoire d’affilée, dimanche. L’entraîneur en chef Denis Ross nous parle de ses prévisions.

Le Bleu et Or a dominé tous les matchs préparatoires de la saison : 8-0 contre les Mounties de l’Université de Mount Allison, 3-1 et 2-1 contre les Panthers de l’Université de l’Île-du-Prince Édouard, 2-1 samedi contre les Tommies de l’Université de St. Thomas et 5-4 (en prolongation) encore contre St. Thomas, dimanche.

Denis Ross, l’entraîneur en chef de l’équipe, est très content du travail de ses joueuses :

« Ça inaugure bien le début de saison. »

Denis Ross, entraîneur en chef des Aigles Bleues

Il rappelle cependant que les matchs préparatoires sont surtout là pour vérifier l’exécution des athlètes, pour donner un temps s’il y a des modifications à faire dans les systèmes de jeu.

« On a évalué nos joueuses, pour voir si elles comprennent les systèmes qu’on a inculqués depuis le début. »

Une équipe qui a de l’expérience

Contrairement à l’an passé, ou l’équipe comptait pas moins de 11 recrues, les aigles bleues de 2017-2018 ont 16 vétéranes dans leur alignement. La majorité d’entre elles sont des deuxièmes ou des troisièmes années, mais elles ont quand même l’avantage d’avoir déjà joué au moins une saison avec l’équipe.

« On n’a pas changé beaucoup les choses de l’année dernière, donc les filles comprennent déjà bien le jeu. »

-Denis Ross, entraîneur en chef des Aigles Bleues

C’est aussi un avantage question profondeur, ajoute M. Ross :

« C’est surtout en zone défensive, quand on n’a pas la rondelle, on ne veut pas créer de revirements et sortir la rondelle le plus vite possible de la zone », indique M. Ross.

L’équipe est encore jeune et n’est pas infaillible, mais l’aide de la gardienne Gabrielle Forget, qui en est à sa cinquième année, vient apporter une stabilité au filet, ajoute l’entraîneur.

Il a aussi hâte à l’année prochaine, quand l’équipe aura une année de plus dans leur poche arrière sans être trop vieille encore.

Un peu de sang nouveau

Il y a quand même six nouvelles joueuses cette année, dont une gardienne qui sera troisième, se préparant au départ de Gabrielle Forget l’an prochain.

Quelques-unes des nouvelles joueuses ont déjà eu de l’expérience soit collégiale soit universitaire.

Une d’entre elles, Maëlle Rioux, qui est à la fois Française et Canadienne, a été sélectionnée pour jouer dans l’équipe sénior française lors du tournoi des quatre nations qui se passe en Europe.

Denis Ross se dit content du nombre de nouvelles joueuses.

« C’est un bon ratio, si on peut maintenir ça d’année en année, ce serait parfait. »

-Denis Ross, entraîneur en chef des Aigles Bleues

Qui est à surveiller?

L’entraîneur du côté féminin s’attend à de grandes choses de la part de l’attaquante Katryne Villeneuve, qui en est à sa quatrième année. Malgré son parcours difficile, il croit qu’elle pourrait connaitre une excellente saison.

« Il faut bien l’entourer et elle connaîtra du succès offensivement, tant en créant des opportunités qu’en marquant des buts. »

-Denis Ross, entraîneur en chef des Aigles Bleues

Si on se tourne du côté de la défensive, M. Ross affirme que personne ne se démarque particulièrement, mais chacune fait bien son travail, créant de la profondeur et une stabilité autour de la gardienne.

La saison des aigles bleues commencera le 13 octobre, avec un match à la maison contre les Panthers de l’Université de l’Île-du-Prince Édouard.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger