Jules César Katagurutse se distingue par son implication!

photo-portrait-de-jules-cesar

Jules César Katagurutse. Photo contribution : Cheïdra Zamouangana.

« Je crois quand tu connais ta personnalité, tu ne peux pas la nier. J’aime m’impliquer autant que je fais mes études parce que je travaille bien quand je suis occupé. » déclarait Jules César Katagurutse.

C’est grâce à son implication et à son travail au sein du programme Pro Bono du Canada (PBS) que l’étudiant Jules César s’est distingué par sa nomination comme étant l’une des 20 personnalités qui ont contribué à l’essor de cette association.

Qui est Jules César Katagurutse ?

Pour toutes celles et tous ceux qui ne le connaissent pas, Jules est un étudiant de troisième année à la faculté de droit de l’Université de Moncton. Cet étudiant aux airs sérieux et serein vient de la Nouvelle-Écosse, où il a obtenu un baccalauréat en administration des affaires. Depuis son arrivée à l’Université de Moncton, il s’est impliqué dans les activités para-académiques.

Son rôle au sein du PBSC

Cela fait deux années consécutives qu’il est engagé comme coordonnateur principal du programme au sein du PBS (Pro Bono sud Canada). Le PBSC est une organisation nationale qui offre des services juridiques gratuits. Elle est présente dans 22 facultés de droit au Canada. Il ne travaille pas directement avec les individus mais plutôt avec des organismes à but non lucratif qui comptent des clients qui ont besoin des services juridiques.

« On recrute les étudiants qui vont participer au programme. Cette année, le nombre de bénévoles a doublé, il est passé de 19 à 42, cela sous-entend en effet que le programme marche bien », affirme Jules César. Les étudiants bénévoles retenus aideront les avocats dans le travail de recherche. Ces avocats sont uniquement présents pour faire de la supervision.

La création d’une clinique

Aidé par l’avocat Lee Coheen et la faculté de droit de l’Université de Moncton, l’étudiant Jules est le cofondateur de la nouvelle clinique des réfugiés du Nouveau-Brunswick.

« L’encouragement de notre doyen Fernand Devarennes m’a également donné l’opportunité d’être impliqué et de pouvoir contribuer à l’ouverture de cette clinique », ajoutait l’étudiant en droit Jules César.

Cet établissement permet à tous les réfugiés et les exilés de bénéficier de ce type de services, car ces derniers ne peuvent pas être représentés sans être accompagnés d’un avocat. Le but ultime de la clinique est d’aider les gens qui ont peu de moyens, en d’autres termes les personnes qui ne peuvent pas se payer les services d’un avocat.

Il se distingue au sein du programme Pro Bono, mais il est également le président sortant de l’association Vrais copains Canada/ Best Buddies Canada. Il explique que tout passe par l’implication dans les activités para-académiques et surtout dans les associations et la communauté. C’est en effet un bon moyen pour permettre aux étudiants de développer leur leadership, le travail d’équipe ainsi que le sens de l’aide.

« Je profite pour lancer un appel d’implication au sein de la communauté étudiante de l’Université de Moncton dans l’association vrais copains. De ce fait, on a notre bureau au centre étudiant, on encourage les gens à venir. » concluait cet étudiant engagé.

Partagez!