La bicyclette, une affaire de style

DG_TweedBaguette01_14oct15

La randonnée de l’an dernier. Photo gracieuseté

Réunir les tendances vestimentaires des Anglais et des Français : voilà bien un défi de taille! Le dimanche 18 octobre prochain, à partir de 11 heures, la coopérative La Bikery réalisera pourtant cet exploit pour la quatrième année consécutive, à l’occasion du Tweed Ride/Randonnée béret-baguette 2015. Le principe de l’événement est extrêmement simple : inviter les gens à venir faire une balade dominicale à vélo, vêtus de tweed ou bien coiffés d’un béret (avec éventuellement une baguette à la main).

Michel Desjardins fait partie des instigateurs de cette initiative. Inspiré par les promenades cyclistes qui ont foisonné dans les grandes villes comme New York, Paris, Los Angeles, San Francisco et bien d’autres, il a décidé de lancer un événement similaire à Moncton. Il insiste sur le fait que l’événement se veut essentiellement culturel et récréatif, plutôt que politique ou identitaire : « Le but est de promouvoir la culture du cyclisme, et de montrer aux gens qu’on peut faire de la bicyclette pendant l’automne ».

Ouvert à tous

La Bikery, qui organise la randonnée depuis sa création en 2012, veut tendre la main à tous types de public. Toute considération linguistique, par exemple, est superflue à l’heure d’enfourcher son vélo. Dans cet ordre d’idées, la coopérative cycliste a désiré réunir les tendances anglophones et francophones de l’événement.

En effet, c’est en Grande-Bretagne qu’a été mis sur pied le premier Tweed Ride en 2009, ce dernier s’appelait à l’origine Tweed Run. Le concept de base consistait à demander aux gens de s’habiller comme les plus élégants lords anglais et de participer dans cette tenue à une balade en bicyclette. Cette idée un peu excentrique a connu un franc succès, et a contaminé d’autres pays anglophones, comme les États-Unis ou encore… le Canada! Vancouver a organisé un événement similaire cette année, tout comme la ville de Victoria. Petite différence cependant par rapport à Moncton : les deux Tweed Rides précités ont un but caritatif. La participation est payante, et les fonds collectés permettent de financer des projets humanitaires ou sociaux. Par exemple, l’argent récolté à Vancouver lors de l’édition 2015 a été reversé à l’association Power to Be, qui lutte pour l’intégration des personnes handicapées dans la société et pour leurs droits à mener une vie « normale ». La balade cycliste a lieu depuis 2013 dans la ville olympique, et depuis 2011 à Victoria.

La Randonnée béret-baguette, évidemment inspirée du Tweed Ride, provient quant à elle de France. Chaque année, les Parisiens sont invités à prendre l’air, avec un couvre-chef stéréotypique de l’Hexagone : le béret. La première édition a eu lieu en 2009, comme à Londres. Le phénomène a cependant été moins viral que celui parti de Grande-Bretagne. Deuxième différence notable : la promenade n’a aucun but caritatif, elle consiste simplement à se remplir les poumons d’air frais. Enfin, la randonnée parisienne est très populaire de par son côté un peu vintage, là où les Anglais apprécieront plutôt la balade en raison de son côté excentrique.

La Bikery, en organisant un événement intitulé Tweed Ride/Randonnée béret-baguette, rassemble les deux concepts, et lance un appel aux anglophones comme aux francophones. Ce qui, vu la situation politico-linguistique au Nouveau-Brunswick, est un effort louable.

En termes d’âge également, les restrictions sont minimales, voire absentes. Michel Desjardins précise que « la randonnée est ouverte aux gens de tous les âges ». Il ajoute que, d’après son expérience, les plus jeunes côtoient les personnes plus âgées dans ce genre de promenade.

Promotion et retour

Même si l’initiative n’est vieille que de quelques années, elle a déjà dû subir certains changements au niveau de sa mise en vitrine.

« Au début, on affichait des posters, maintenant, on utilise les médias sociaux », raconte Michel Desjardins. La Bikery compte aussi diffuser un communiqué de presse dans les jours à venir. La couverture de l’événement par les médias traditionnels est relativement bonne.

« Le feedback est excellent », déclare même M. Desjardins.

Toutefois, après vérification, les sites web de l’Acadie Nouvelle, de Radio-Canada Acadie et de l’Étoile ne font pas mention d’un seul article sur le sujet…

En revanche, le retour des participants est abondant et souvent très positif. Depuis la création de la randonnée, le nombre de gens qui viennent pédaler à Moncton est stable et tourne autour des 75 personnes.

Attraits

En dehors du caractère très bilingue de la promenade à vélo, Michel Desjardins met en lumière deux autres spécificités qui rendent celle de Moncton unique par rapport aux Tweed Rides/Randonnées béret-baguette des grandes villes européennes et américaines. « L’activité se termine par un pique-nique au bord de la rivière Petitcodiac. D’autre part, des prix sont décernés au plus beau moustachu et à la plus belle des grandes dames », explique-t-il, non sans malice.

Convivialité, universalité et détente seront donc les maîtres mots de l’événement dominical. Reste à espérer que les éléments soient cléments ce jour-là…

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger