La FÉÉCUM appuie les revendications des internationaux et des cycles supérieurs

SL_AGFEECUM01_19nov15

Le vice-président externe de l’AÉÉICUM, Samuel Jordan Nganga, explique le besoin d’égalité entre les Canadiens et les étudiants internationaux pour les hausses de droits de scolarité.

Les étudiants ont voté en faveur des revendications concernant les étudiants internationaux et les cycles supérieurs lors de l’Assemblée générale de la Fédération des étudiantes et étudiants (FÉÉCUM) du 18 novembre dernier.

Il était alors question que la FÉÉCUM et l’Association des étudiants internationaux (AEEICUM) militent conjointement auprès du gouvernement pour un plafonnement de 3 % concernant l’augmentation des droits de scolarité aux étudiants internationaux.

« Nous souhaitons avoir un plafonnement à 3 %, pour créer une certaine égalité entre les étudiants canadiens et les étudiants internationaux », explique Samuel Jordan Nganga, vice-président externe de l’AÉÉICUM.

En effet, les Canadiens bénéficient déjà de cet avantage : leurs droits de scolarité ne peuvent pas augmenter à un rythme plus élevé. En 2013, avec la hausse de 3 % aux Canadiens, les étudiants internationaux ont subi une hausse de 999 $, plus de 10 % par rapport au coût de l’époque.

La proposition a été adoptée à l’unanimité par les étudiants présents à l’Assemblée générale.

Les cycles supérieurs veulent une meilleure représentation

La FÉÉCUM a pris l’engagement d’adopter une meilleure structure de consultation auprès des étudiants de 2e et 3e cycle.

Selon l’étudiante au doctorat Roxann Guérette, un manque de représentation est ressenti par plusieurs étudiants des cycles supérieurs au sein de la Fédération.

« On a aucun moyen de contact avec les gens en maitrise ou [au] doctorat. On se rend compte qu’il y a beaucoup de lacunes pour ces gens-là. »

Elle estime que ces étudiants ont besoin de cette structure pour mieux faire entendre leurs préoccupations, en ajoutant qu’une proportion d’étudiants de plus en plus grande continue ses études après le baccalauréat.

La FÉÉCUM a donc pris l’engagement de donner la priorité à la mise en place d’un système de consultation auprès des étudiants de cycles supérieurs.

La proposition a aussi été adoptée à l’unanimité.

SL_AGFEECUM02_19nov15

L’étudiante au doctorat Roxann Guérette a proposé à la FÉÉCUM d’adopter une meilleure structure de consultation envers les étudiants des cycles supérieurs. Photo Samuel LeGresley

Partagez!