La FÉÉCUM ouvrira une banque alimentaire au Centre Étudiant

11884591_10153801065549381_437609972163226491_o

Marc-André Chambers, animateur à CKUM, et Pascal Haché, président de la FÉÉCUM pendant l’émission « Étouffe-toi pas! »

Le président de la Fédération des étudiantes et étudiants, Pascal Haché, a annoncé jeudi dernier l’ouverture prochaine d’une banque alimentaire pour les étudiants du campus de Moncton.

Dans une entrevue accordée à CKUM, il affirme que la demande grandissante qui touche les banques alimentaires du grand Moncton est fortement rattachée aux dettes étudiantes.

« En commençant à parler avec les étudiants, on a vu que c’était un réel besoin », dit-il. C’est alors que la Fédération commença ses recherches au Food DEPOT Alimentaire, un réseau qui approvisionne les banques alimentaires de la région.

Selon leurs données, beaucoup d’étudiants déposaient des demandes auprès des banques alimentaires, mais n’avaient aucun moyen de s’y rendre.

La FÉÉCUM eut donc l’idée d’apporter la banque alimentaire aux étudiants, dans un lieu accessible. Un local du sous-sol du Centre Étudiant sera alors mis à cet effet, jusqu’alors utilisé comme espace de rangement.

L’organisation Food DEPOT Alimentaire fournira une charge mensuelle de biens non périssables, mais Pascal Haché désire plus d’autonomie.

« Le but, c’est de devenir un peu auto-suffisant, donc, on ne va pas toujours utiliser leurs services. On va placer des bacs un peu partout sur le campus, dans la communauté. On veut faire des partenariats avec Sobeys pour qu’ils nous offrent leurs produits et leurs sacs pour transporter cette nourriture ».

Porte d’entrée à d’autres initiatives alimentaires sur le campus?

La banque alimentaire n’est pas le seul projet que la FÉÉCUM a en tête pour aider les étudiants du campus à se nourrir.

La fédération pense également à instaurer un programme de paniers de nourriture qui donnerait des paniers d’aliments frais à un prix diminué.

« Si on pourrait agencer ça avec la banque alimentaire, ça pourrait aider les fins de mois difficiles. »

Des étudiants qui sortent moins

Selon le président de la FÉÉCUM, les stéréotypes des étudiants qui utilisent leur argent pour sortir, acheter de l’alcool et des jeux vidéo sont de moins en moins ancrés dans la réalité à cause de la hausse constante des frais de scolarité.

« On sort en ville, on ne voit plus d’étudiants, on voit que l’endettement et le coût de la vie est devenu tellement important que les étudiants sont pris à faire un choix entre des livres d’études et de la nourriture. »

Une aide au rendement académique

Il souligne qu’une bonne alimentation aiderait les étudiants avec leurs études. « Si un étudiant est mal nourri, ça se peut qu’il ne performe pas, qu’il soit fatigué, qu’il manque des cours. Au niveau académique, j’espère que ça va aider les étudiants avec ces difficultés ».

Les étudiants n’ayant pas de système familial de soutien seraient ceux qui bénéficieraient le plus de l’initiative selon le président, car ce sont eux qui ont le plus de difficultés à payer le loyer puisqu’ils doivent travailler en plus de s’occuper de leurs études et des tâches ménagères.

Pourrons-nous voir cette initiative bientôt?

La FÉÉCUM a décidé de ne pas lancer l’initiative au début de l’année, puisqu’elle voulait que les étudiants fassent aussi partie de la fondation de l’organisme.

« Je ne voulais pas que la banque alimentaire soit prête pour la rentrée, parce qu’il n’y a pas d’étudiants l’été pour participer au projet. »

Un appel sera lancé aux bénévoles intéressés pendant les premières semaines des cours pour mettre le système en place.

« Je voulais que ça soit un projet du campus, pas juste un projet de la FÉÉCUM. »

La Fédération espère que la banque alimentaire sera prête pour la troisième semaine de septembre.

Pour les contributions, la FÉÉCUM est disponible par téléphone au (506) 858-4484, ou par courriel au presfee@umoncton.ca.

Écoutez l’entrevue avec le président Pascal Haché l’animateur Marc-André Chambers et Samuel LeGresley, journaliste au Front.

Partagez!