L’Acadie en crise de verglas, de panique et de colère

Bientôt deux semaines après la tempête de verglas vécue au Nouveau-Brunswick et l’Acadie est toujours dans le pétrin. Les reportages sur cette crise se font multiples, tous les journaux en parlent. Le #VerglasPA2017 est devenu populaire parmi les internautes afin de partager des photos et des messages encourageants.

 

C’est dans la péninsule acadienne qu’il y a le plus de dommages. Au plus fort de la crise, 133 000 abonnés d’Énergie NB étaient sans courant, plusieurs le sont encore malgré tous les efforts déployés, les pénuries d’essence sont fréquentes et on compte déjà deux morts.

 

Sur l’Internet, on peut retrouver une multitude de mauvais commentaires critiquant le temps pris pour les réparations. Bien sûr que cela va prendre du temps, c’est un cas très grave, mais il y a du progrès jour après jour. Les agents travaillent pendant de longues journées dans le froid et ils font du mieux qu’ils peuvent. C’est très difficile de remettre sur pied tout un réseau de fils électriques pour une surface couvrant toute une région de la province. Même l’Armée canadienne est venue en aide à la Péninsule acadienne. On ne peut pas rejeter la faute sur une compagnie, comme Énergie NB qui est le plus souvent attaquée par ces commentaires, pour tous les dégâts causés par une incroyable tempête. Ils font tout ce qu’ils peuvent, et le plus rapidement possible aussi.

 

Partout au Nouveau-Brunswick, on peut ressentir les mouvements de solidarité créés pour venir en aide aux sinistrés. Des levées de fond ont été organisées un peu partout dans la province, des centaines voir des milliers de travailleurs sont venus aider, plusieurs ont donné de l’essence, des génératrices, des couvertures et des camions remplis de provisions et d’eau. Un journaliste de Le Front est même allé vivre l’expérience des sinistrés sur place. Les centres de réchauffement sont pleins de sinistrés, pleins de bénévoles et pleins d’amour. Un habitant et pompier de Caraquet, nommé Jimmy Lanteigne, a même mis sur pied un service d’aide pour les résidents du voisinage de cette ville. Il a établi un centre d’hébergement d’urgence et, avec l’aide d’autres pompiers, va faire des tournées dans les petits chemins environnants plus isolés pour apporter de la nourriture à tout le monde.

 

Si l’on peut tirer une leçon de cette crise, c’est que l’esprit d’entraide est toujours bien vivant en Acadie.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger