Lass uns feiern ! (Faisons la fête !)

Oktoberfest

Imaginez-vous une immense prairie, couverte de tentes et de chapiteaux bariolés. De joyeux lurons en Lederhose (culotte de peau typiquement bavaroise) ont remplacé pour quelques jours les vaches qui occupent habituellement l’endroit. Ceux-ci tiennent à la main de larges pintes remplies de bière et dansent avec de jolies blondes à la tresse soignée, qui portent le Dirndl, une robe traditionnelle. Ce riant tableau est celui de l’Oktoberfest, un événement incontournable dans la vie culturelle allemande.

Chaque année, durant les deux dernières semaines de septembre, de grandes foules convergent à Münich, la capitale de la Bavière (la région du sud du pays), pour le célébrer. C’est l’occasion de goûter aux meilleures bières allemandes et de (re)découvrir le folklore bavarois. On raconte que la fête commémore celle qui fut organisée après le mariage de Louis Ier de Bavière et Thérèse de Saxe-Hildburghausen, le 17 octobre 1810. Après 215 années d’existence, l’Oktoberfest est devenu une véritable institution.

Cela se ressent particulièrement quand on observe les quelques statistiques liées à l’événement. Selon le site officiel de ce dernier, l’édition 2015 a accueilli 5,9 millions de visiteurs : ceux-ci ont consommé environ 7,7 millions de litres de bière ! Détail piquant : le service de sécurité a dû demander à 110 000 personnes de rendre leurs chopes vides, les buveurs bavarois ayant l’intention de les ramener à la maison !

L’Oktoberfest près de chez nous

Certains lecteurs doivent se demander pourquoi aborder dans Le Front un phénomène qui se déroule à des milliers de kilomètres de l’Acadie. Tout simplement parce qu’un petit groupe d’étudiants en traduction et langues de l’Université de Moncton organise cette année une Oktoberfest, le 21 octobre à 19h au 63.

L’activité a pour but de récolter des fonds « pour un voyage culturel en mai prochain, destiné à visiter les universités avec lesquelles on a des ententes », nous explique Jessica Bernier, étudiante en troisième année de traduction à Moncton. « Nous sommes un groupe de dix personnes, essentiellement en traduction, on espère être une quinzaine (pour organiser l’événement sur le campus) ». Le voyage est organisé par le département d’allemand de l’Université, mais est également ouvert aux étudiants en traduction. Il comportera notamment une étape à Bamberg (Allemagne) et une autre à Graz (Autriche), ces deux villes accueillant une institution académique partenaire de l’Université de Moncton.

 

Déjà la troisième édition

Mais l’Oktoberfest n’est pas une idée nouvelle : elle date en effet de 2013. À l’époque, Michel Mallet, fraîchement nommé professeur d’allemand dans notre établissement, a pris l’initiative d’organiser une première édition de cet événement à l’université pour fêter les cinquante ans d’enseignement de la langue de Goethe à Moncton. En 2014, c’était le département d’allemand qui avait pris l’initiative et avait assuré la tenue de la deuxième Oktoberfest. Cette année, c’est l’entièreté du département de traduction et des langues qui reprend le flambeau.

Ce dernier est d’ailleurs particulièrement dynamique, sans doute stimulé par la création de la mineure en allemand pour l’année académique 2015-2016. Toujours dans le but de financer le voyage culturel en mai prochain, il organisera également un marché de Noël en décembre. De plus, chaque jeudi, des films allemands seront projetés. Que nos lecteurs (et plus particulièrement les germanophones débutants) se rassurent, des sous-titres sont prévus ! Enfin, le département compte effectuer plusieurs ventes de gâteaux tout au long de l’année académique.

Malgré l’enthousiasme des étudiants impliqués dans ce projet de voyage culturel, la réaction de leurs pairs des autres programmes d’études semble un peu tiède, et les billets pour l’Oktoberfest ne se sont pas vendus facilement. Jessica Bernier, à la fois réaliste et optimiste, confie : « On pense qu’on va en [les billets] vendre le plus à la porte ». Il convient aussi de noter, pour comprendre le faible retour, que l’événement n’est répertorié ni dans le calendrier de la FÉÉCUM, ni dans celui du site web de l’université. Dans les deux cas, c’est le spectacle de Stef Paquette et Patrice Michaud, organisé par le Service des loisirs socioculturels de l’Université qui est mis en avant.

Le programme de la soirée est en tout cas alléchant : de nombreux jeux seront organisés, avec des récompenses à la clé pour les vainqueurs ! En outre, en cette période d’Halloween où les déguisements sont très prisés, le comité organisateur gratifiera d’un prix spécial l’étudiant le plus bavarois dans son attitude et son habillement lors de la soirée. Cerise sur le gâteau (ou sur la Forêt-Noire, région, mais aussi pâtisserie très populaire en Bavière), neuf variétés de bières allemandes seront servies (Bitburger, Erdinger Weiss,…), ainsi que quelques pâtisseries et bretzels.

L’Oktoberfest à Moncton présente un autre avantage : elle est très peu coûteuse. Les étudiants devront s’acquitter de frais d’entrée de 4$. Le prix d’entrée était de 10$ lors de la première édition, mais à l’époque, quelques douceurs alimentaires étaient incluses à l’achat de tout billet.

Notre interlocutrice insiste sur le fait que les étudiants sont peu subsidiés pour ce voyage. « Nous avons appliqué pour une bourse du DAAD (Deutscher Akademiker Austauschdienst, soit le Service académique allemand d’échanges) ». Les étudiants qui participent au projet espèrent, en outre, recevoir de l’aide du Service de mobilité internationale. Jessica Bernier fait donc appel à la solidarité étudiante, et encourage tous les étudiants à venir boire de la « Deutsches Bier » !

Partagez!