L’association Un sur dix, là pour rester

par Véronique LeBlanc

Tous les gens que l’on rencontre au cours d’une vie vont nous affecter profondément. Ces gens peuvent faire ressortir différents côtés de notre personnalité, soit positifs ou négatifs, dont nous ne connaissions pas l’existence jusqu’alors. De plus, chaque individu dans la société est porté à surmonter des épreuves qui suscitent beaucoup de patience et de courage de leur part afin de parvenir à une réussite autant sur le côté personnel que professionnel. Cependant, il y a des enjeux qui demandent beaucoup plus de temps, d’effort, de patience, et de soutien afin d’obtenir un résultat positif. Il faut toutefois souligner qu’il y a parfois des enjeux d’une très grande importance qui ne pourront jamais être réglés autrement qu’avec le regroupement et le soutien de gens clés, dont la famille et les amis.

C’est ainsi qu’il y a des gens qui souffrent, dont les LGBT (Lesbiennes, gais, bisexuel.le.s, transgenres), parce qu’il y a de la discrimination à leur égard. Ces gens doivent passer à travers de moments ardus quotidiennement puisque l’accumulation de regards de dégoût ou des paroles méchantes sont suffisantes pour ruiner une journée. Qu’arrive-t-il s’il y a de la discrimination envers eux quotidiennement ? Comment peut-on être heureux quand les gens ne nous respectent pas pour qui nous sommes réellement ?

C’est alors qu’en 2005, il y a eu la formation de l’association Un sur dix de l’Université de Moncton, qui est devenue un groupe plus actif à partir de 2009. Ce groupe est une association de soutien pour les gens qui ont besoin de se confier à quelqu’un, mais se sentent compressés par la société qui n’a pas de ressources pour les aider. Les membres de cette association ont beaucoup de responsabilités qui reposent sur leurs épaules, particulièrement celles-ci :

1. Ils offrent du soutien gratuitement pour les gens de tous âges, mais particulièrement pour les gens qui ont entre 19 et 25 ans puisqu’ils n’ont pas forcément les moyens d’aller voir d’autres ressources et que les services qui leurs étaient gratuits ne le sont plus.

2. Ils viennent en aide aux LGBT qui ont des pensées suicidaires à force de subir de la discrimination et créent un environnement stable et sécuritaire pour les gens qui préfèrent cacher qui ils sont réellement puisqu’ils ont peur de se faire battre.

3. Ils répondent aux questions du genre : « Comment faire un « coming out »? », « Comment dois-je réagir face à l’orientation sexuelle d’un ou une ami(e)? », etc.

4. Ils font des conférences ou présentations de groupe dans les écoles secondaires afin de sensibiliser les jeunes.

5. Quelques fois par mois, ils organisent des activités sociales pour les étudiants et les visiteurs à l’Université de Moncton, comme par exemple le visionnement d’un film qui a pour but de sensibiliser et éduquer le public.

6. Ils défendent particulièrement les droits des LGBT qui ne sont pas toujours respectés, la lutte contre l’homophobie et de « l’hétérosexisme », et prônent ainsi l’égalité pour tous.

7. Ils veulent également être une association qui fait bouger les choses, pour ainsi créer un changement positif au cœur de la société. Pour avoir un résultat d’une grande ampleur, ils doivent se faire connaître, avoir beaucoup de contacts et des partenariats avec des « agences de la communauté », et aussi avoir une population étudiante mobilisée et qui veut aussi avoir du changement.

8. Mais ils veulent d’abord et avant tout répandre le bonheur dans la vie des gens !
Imaginez-vous le soulagement que ces gens ont lorsqu’ils peuvent parler de leurs expériences vécues à un étudiant membre de l’association qui les comprend entièrement puisqu’il a eu un passage similaire au leur. Il y a plusieurs membres de l’association de Un sur dix qui sont dévoués au bien-être des gens qui ont besoin de soutien.

Mentionné dans le dépliant de l’Association des étudiant.e.s LGBT de l’U de M et de leurs allié.e.s, il y a un fait intéressant qui nécessite une attention particulière : « Saviez-vous que depuis 1996, la discrimination reliée à l’homosexualité est interdite ? » Selon vous, les lois sont-elles réellement mises en application ? Nous pouvons rapidement nous apercevoir qu’effectivement, les lois ne sont pas toujours mises en application avec un exemple bien simple : ce sont particulièrement les affiches de l’association Un sur dix qui se font déchirer des babillards à l’Université de Moncton. Et plus encore, lors des événements soulignant la cause des gens LGBT, les étudiants mobilisés de l’Université de Moncton aimeraient bien utiliser l’autobus du campus. Cependant, chaque année, l’autobus leur est refusé.

Selon le président de l’association Un sur dix, on enseigne quelques notions sur les minorités à partir du primaire, mais les notions sur les LGBT sont omises. Selon lui, le plus tôt on apprend aux jeunes d’âge scolaire qu’une famille peut également être constituée de deux mamans ou de deux papas, plus grandes sont les chances qu’ils seront plus ouverts d’esprit lorsqu’ils auront à faire face à ce genre de situation.

De plus, il ne faut pas oublier que l’association lance l’invitation à tous les alliés qui veulent se joindre à eux. Ils seront plus qu’heureux de vous avoir parmi eux. Pour avoir d’autres renseignements, voici trois façons toutes simples d’avoir accès à leurs informations : 1. Sur Facebookÿ Unsurdix Asso 2. Adresse courriel : unsurdix@umoncton.ca 3. Site internet : etudiants.umoncton.ca/umcm-unsurdix

Partagez!