Les combinaisons alimentaires : de fausses croyances

L’idée derrière ces diètes

Vous avez sûrement déjà entendu parler de diètes populaires qui recommandent d’éviter de faire l’association de certains aliments. Je pense entre autres à Montignac qui propose de ne pas consommer de protéines avec des féculents (pain, riz, céréales, etc.). On avertit aussi les gens de ne pas consommer de fruits avec les repas, mais plutôt de les consommer une demi-heure avant. Il y a aussi la restriction de ne pas consommer de produits laitiers avec les repas. Les fondateurs de ces diètes, qui ne sont pas des diététistes, prônent que ces habitudes pourraient aider, entre autres, à la perte de poids, la guérison de maladies et aussi, à une meilleure digestion.

Tout d’abord, suivre ces diètes est bien trop compliqué et restrictif. Plusieurs personnes qui les suivent se sentent vraiment mieux qu’avant, mais cela est souvent associé à ce qu’ils consommaient ultérieurement et selon la quantité. En effet, consommer des repas plus graisseux ou mal proportionnés pourrait contribuer à une mauvaise digestion, une prise de poids ainsi qu’un manque d’énergie. On comprend aussi que la monotonie des repas devient chose rapide, ce qui, heureusement pour les consommateurs, les oblige à cesser cette routine.

La décision reste au corps lui-même

Le but derrière la limitation de ces combinaisons, selon les fondateurs, serait que certains aliments se digèrent mieux dans un milieu acide, tandis que d’autres, dans un milieu alcalin. Or, l’estomac maintient toujours un pH acide d’environ 2 pendant la digestion. Consommer des aliments acides, comme une orange, ne rend pas l’estomac plus acide. En fait, l’estomac régule cela lui-même, voilà une autre beauté du corps humain. Pour ce qui est de la guérison des maladies, une perte de poids peut aider, par exemple, au contrôle de la glycémie pour les diabétiques, mais ne fera pas disparaître la maladie en tant que telle. Il est alors farfelu de penser qu’un simple changement de diète peut guérir toute maladie, mais certainement quelques adoptions de meilleures habitudes peuvent contribuer à améliorer l’état de santé de la personne. Quant à la perte de poids, avec les diètes restrictives, on perd beaucoup au début et par la suite, on regagne le poids perdu et parfois, on en remet même plus.

Mise en garde

Il est important de constater que de telles habitudes peuvent aussi mener à des carences alimentaires, puisque certaines personnes oublient de consommer des fruits, par exemple (vu que l’on oblige de les consommer une demi-heure avant les repas). De plus, le fait de priver la combinaison d’aliments, comme ici les fruits, empêche l’absorption de certaines vitamines liposolubles, c’est-à-dire, ces vitamines sont seulement absorbées si l’aliment est consommé avec un autre qui contient une source de lipides.

Sans vouloir vous poser rancune, je souhaite que vous soyez prudents dans l’affichage de telles fausses allégations et de vous méfier lorsqu’il n’y a pas de preuves scientifiques. Finalement, suivre les signes de son corps demeure le meilleur indicateur de notre santé et de notre bien-être.

nutrition_23sept

Author Details
Emilie est diététiste présentement à la maîtrise en sciences de la santé. Elle est passionnée de la nutrition et de la cuisine et souhaite transmettre ceci à ces lecteurs. N’ayant pas peur du ridicule et étant parfois sarcastique, ceci ne se traduit pas toujours très bien à l’écrit, mais elle tente tout de même de bien passer le message.
Partagez!