Support aux LGBTQ+ : débat enflammé entre les candidats FÉÉCUM

LGBT

Les candidats à la vice-présidence interne FÉÉCUM 2016, Alexandre Cédric Doucet et Samuel Jordan Nganga, sont au centre d’un débat sur l’inclusivité. Photo contribution

Les élections 2016 de la Fédération étudiante (FÉÉCUM) suscitent de vives réactions. Samuel Jordan Nganga, candidat à la vice-présidence interne, est accusé par ses adversaires de ne pas supporter la cause des LGBTQ+.

Une proposition amenée à l’ordre du jour au Conseil d’administration de la FÉÉCUM, en point varia, demandait de soutenir le comité de Justice sociale de l’École de Travail social dans la mise en place d’un drapeau de fierté LGBTQ+ sur les murs extérieurs du Centre étudiant.

« C’est juste une lettre pour montrer notre support à cette initiative. Ça n’amène pas de coûts, c’est juste un appui moral », a alors indiqué le président de la FÉÉCUM, Pascal Haché.

Tous les représentants au C.A. ont voté en faveur, sauf Samuel Jordan Nganga de l’AÉÉICUM qui s’est abstenu.

Avant le vote, il a questionné la motivation derrière l’initiative, en demandant si « la FÉÉCUM devra appuyer toutes les minorités dans le futur? »

Alexandre Cédric Doucet, l’autre candidat à la vice-présidence interne, explique mal ces propos.

« Les étudiants internationaux sont eux-mêmes des minorités sur le campus, je ne sais pas ce qu’il voulait dire par ça. »

L’équipe candidate à la FÉÉCUM dont Alexandre Cédric Doucet fait partie a réagi sur Facebook, disant que Samuel Jordan Nganga  n’appuie pas les communautés LGBTQ+.

Samuel Jordan Nganga, candidat au poste de VP interne, vient de ne pas appuyer la mise en place d’un drapeau de la fiert…

Posté par Équipe candidate à la Féécum 2016-2017 sur 26 février 2016

Alexandre Cédric Doucet se demande pourquoi il s’est abstenu.

« Il aurait dû demander un report du vote, pas s’abstenir. Une abstention, ça tranche le vote, c’est une position prise. C’est ça qui m’a dérangé », ajoute-t-il.

Une campagne de salissage, selon Nganga

Samuel Jordan Nganga rejette ces accusations et dissocie entièrement les propos émis au C.A. à son rôle en tant que candidat à la FÉÉCUM.

« Ce questionnement a été soumis à confusion. Il n’est pas relié au fait de mon vote. Ça n’a aucune relation. »

Il affirme vouloir consulter son Conseil d’administration avant de prendre de telles décisions.

« Vu que ce point n’était pas à l’ordre du jour au préalable, je n’ai pas pu consulter mon association. J’ai alors décidé de m’abstenir. Si les autres associations ont décidé de voter sans consulter leur C.A. au préalable, c’est leur problème. »

Il cite une attaque à la personne.

« Je ne comprends pas pourquoi ce vote contribue à discréditer ma personne pour ma campagne. Je ne vote pas au C.A. en tant que candidat de la FÉÉCUM, je vote en tant que représentant de l’AÉÉICUM », dit-il.

Une question d’inclusivité

Alexandre Cédric Doucet propose des toilettes non-genrées pour les étudiants transgenres dans sa plateforme, une initiative qu’il a recueillie en faisant le tour des facultés.

Samuel Jordan Nganga, qui propose une inclusion de toutes les communautés, dit ne pas être contre ces salles de bains, mais trouve que plusieurs enjeux sont plus importants.

« Les LGBTQ+, ils veulent des toilettes non-genrées, mais la priorité des étudiants est autre. Ce que les étudiants vivent dans leur chair, c’est les frais de scolarité, les compression budgétaires qui affectent la qualité de l’enseignement et le sous-financement. »

Il dit donc ne pas vouloir se mêler au débat, mentionnant des dossiers plus importants, comme un plan de repas au 63 et la participation au Coude.

Partagez!