L’homme à tout faire du campus remporte un concours de l’ONF

par Jean-François Allard

On l’a vu à la FÉÉCUM, on l’a entendu sur les ondes de Bo FM, et on pourra prochainement voir son court-métrage sur les ondes de Radio-Canada et au FICFA 2012. Justin Guitard a récemment gagné le concours Tremplin 2011 du studio Acadie de l’Office national du film (ONF). Le court-métrage offre une vision de Pointe-Verte, son village natal, sous le point de vue du magasin général, avec comme sujet l’exode vers les régions urbaines et, conséquemment, le vieillissement de la population rurale.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le court-métrage parle de l’exode comme une chose positive, presque nécessaire. Il nous raconte que sans ce changement démographique, une société ne pourrait évoluer. L’exode est un phénomène normal que l’on ne devrait pas empêcher et, même si la population vieillit, « on découvrira que c’est encore bien vivant, » nous explique Justin Guitard.

Ce qui rend aussi le court-métrage unique, c’est qu’il ne traite pas seulement de l’exode, mais aussi de l’humour soudain du quotidien qui se passe dans le magasin général, puisque « des habitants, des dépanneurs, il y en a partout dans le monde, » nous dit-t-il. Le documentaire ne s’adresse donc pas seulement aux gens affectés par le sujet au premier plan, mais aussi à ceux qui aiment la poésie subtile qu’un petit village peut nous offrir. Le documentaire a été filmé sur une période de 30 jours, compacté dans une durée de 15 minutes. On peut donc s’imaginer qu’il réussit assez bien à capter la « vie de tous les jours » de ce petit village du nord de la province. « Il faudra voir le film pour voir ce qui s’est produit d’intéressant, mais il y aura des surprises et des éclats de rire garantis, » nous raconte-t-il

Justin Guitard, qui en est à sa première expérience dans le milieu du cinéma, est récemment diplômé de l’Université de Moncton et l’Université d’Ottawa en éducation et en études françaises, en plus d’avoir été très impliqué dans des activités para-académiques comme l’improvisation et la radio. Il nous promet d’ailleurs un prochain projet qui pourrait découler de ce premier court-métrage. La production de son premier projet sera terminée l’année prochaine et ce dernier sera présenté au FICFA 2012.

Partagez!