LNH : Cinq remarques sur la fin du lockout

par Normand d’Entremont

Si vous suivez ne serait-ce qu’un peu l’actualité sportive, il va sans dire que vous savez maintenant que le lockout de la Ligue nationale de hockey (LNH) est terminé. En effet, la Ligue et l’Association des joueurs ont finalement signé une nouvelle convention collective le 6 janvier dernier. Les partisans du hockey attendent avec impatience le début de la saison qui aura lieu samedi prochain, mais avant qu’on s’y rende, voici cinq remarques personnelles dont j’ai à vous faire part sur le lockout.

1. Quel timing incroyable pour la fin du conflit! Une journée après la défaite du Canada contre la Russie dans le match pour le bronze au Championnat du monde junior, les partisans du hockey au Canada ont pu oublier le désastre à Ufa en apprenant que le lockout était terminé. Immédiatement, le fardeau de supporter le fait que l’équipe canadienne junior n’avait pas obtenu de médaille pour la première fois en 14 ans est disparu. C’est presque comme si la LNH et l’Association des joueurs étaient empathiques pour les Canadiens. Presque. On demeure réaliste quand même.

2. Selon ce que j’entends de jour en jour, ce sont surtout les joueurs qui se font blâmer pour le lock-out. On utilise l’argument que les joueurs allaient faire beaucoup d’argent, peu importe l’entente, et donc que c’était un gaspillage de temps de manquer tellement de matchs. Mais ce n’est pas un argument juste. Si les propriétaires empochent des milliards de dollars grâce aux joueurs, c’est complètement raisonnable que ces derniers s’attendent à être bien récompensés en retour. Il faut se rappeler que cela fait maintenant deux ententes consécutives qui ont pour résultat de diminuer la part du revenu des joueurs. À un moment donné, il faut permettre aux joueurs de protéger leurs intérêts aussi.

3. Je suis fatigué d’entendre ceux qui critiquent les partisans qui ne vont pas boycotter la LNH et qui vont se remettre derrière leurs équipes maintenant que le lockout est terminé. Chaque individu a droit à ses propres opinions; je comprends et je respecte complètement celui ou celle qui a été dégouté de ce 3e lockout en 18 ans et qui ne va plus appuyer la Ligue. Cela étant dit, la raison qu’il y avait tellement de frustration parmi les partisans en premier lieu est justement parce qu’on voulait voir la LNH revenir au jeu. C’est donc logique qu’on ne se tourne pas le dos une fois que le souhait est réalisé.

4. Malgré le fait que plusieurs partisans voudraient le départ de Gary Bettman en tant que commissaire de la LNH, on ne peut pas dire la même chose pour les propriétaires. Même si cela leur a couté un 3e lockout consécutif, les propriétaires ont encore une fois réussi à réduire la part du revenu des joueurs sous la direction de Bettman. Le fait que les propriétaires aient ratifié l’entente de façon unanime démontre l’appui que le commissaire détient. D’ailleurs, même s’il y a toujours des équipes qui ont de la difficulté financièrement, la santé économique globale de la LNH montait toujours avant ce dernier lock-out. Tant que le lock-out n’a pas trop d’effets néfastes, il est raisonnable de penser que l’industrie va continuer à croître. Si c’est le cas, les propriétaires vont continuer à appuyer la direction de Bettman.

5. Tout cela étant dit, je ne pardonnerai personne pour le lockout. Il n’y avait pas de gagnants dans cette affaire; tout le monde en sort perdant, surtout les partisans. Ce sont les partisans qui supportent l’industrie, mais ce sont eux qui se font avoir par les riches qui en profitent. Pourtant, dès que l’on recommence à jouer, je pense qu’il est mieux d’oublier toute cette affaire; c’est la meilleure façon à supporter la frustration des derniers mois.

Partagez!