L’un des plus anciens artefacts acadiens exposé à la Faculté d’ingénierie

Il est maintenant possible d’admirer cette pièce importante de l’histoire acadienne dans le hall d’entrée de la Faculté d’ingénierie. Photo : Le Front

Une pièce d’aboiteau datant de 1689 a été dévoilée à la Faculté d’ingénierie. Cet artefact de Grand-Pré, en Nouvelle-Écosse, sera exposé au cœur de cet édifice de l’Université de Moncton.

Un aboiteau est un système autrefois utilisé par les Acadiens pour mieux cultiver les terres. Ces digues contrôlaient la circulation de l’eau et le blocage des marais salants pour améliorer la fertilisation du sol. La pièce dévoilée provient de Grand-Pré, lieu historique national en Nouvelle-Écosse, où on peut retrouver l’iconique statue d’Évangéline.

Le dévoilement de « L’aboiteau : un ouvrage d’ingénierie pour construire l’Acadie » s’est déroulé en soirée, le mercredi 18 octobre à 17 h.  L’événement fut suivi d’une réception.

Le maitre de cérémonie, Gilles Roy, doyen de la Faculté d’ingénierie, a accueilli de nombreux invités spéciaux incluant l’Hon. Jocelyne Roy-Vienneau, le maire de Dieppe Yvon Lapierre, le recteur Raymond Théberge, Bernard Lord, Alister Mackenzie ainsi que plusieurs autres personnes du monde de l’ingénierie et membres de la communauté.

Le recteur Raymond Théberge, la lieutenante-gouverneure Jocelyne Roy-Vienneau et le maire de Dieppe Yvon Lapierre étaient notamment présents à l’exposition. Photo : Le Front

Durant son discours, la lieutenante-gouverneure Jocelyne Roy-Vienneau a souligné le dévoilement comme étant « un moment d’histoire dans le domaine de l’ingénierie acadienne ».

La pièce, âgée de 328 ans, a plus du double de l’âge du Canada.

« Les premiers colons français ne sont pas venus les mains vides. Eux aussi, ils avaient un savoir-faire. Eux aussi, ils avaient une ingénierie déjà à ce moment-là ».

– Jocelyne Roy-Vienneau

Cela leur a donc permis de construire cette œuvre intelligente et de la multiplier à plusieurs endroits en Acadie.

Allister Mackenzie, le président du comité d’histoire de la SCGC, est venu confirmer la décision du comité d’histoire de reconnaitre l’aboiteau acadien comme réalisation d’ingénierie ayant une importance historique de signification nationale.

Bernard LeBlanc explique que la pièce a été trouvée en 2009 par un fermier qui creusait un canal à Grand-Pré. Malheureusement, la dalle qui faisait autrefois quarante pieds (12 m) de longueur a été endommagée.

Des panneaux d’interprétation montrent le fonctionnement d’un aboiteau. Photo : Le Front

Une partie de onze pieds (3,3 m) est présentée à l’Université de Moncton.

Le clapet, petite valve et partie essentielle qui faisait fonctionner le système d’aboiteau, a été reproduit par Joe Bourque, de Barachois.

« Les Acadiens qui ont construit cette dalle en 1689, jamais qu’ils n’auraient pensé qu’un jour, 328 ans plus tard, qu’elle serait exposée dans une université. Pas seulement une université, mais une université acadienne, bâtie par des descendants lointains de ces mêmes Acadiens. »

– Bernard LeBlanc, ancien conservateur du Musée acadien

Le fait qu’elle est située dans la faculté d’ingénierie amène également une importance symbolique, selon lui.

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger