MISE À JOUR : Arrestation d’un étudiant sur le campus de l’Université de Moncton

L'incident s'est déroulé tout près de la Bibliothèque Champlain. Photo contribution: Annie Desjardins

L'incident s'est déroulé tout près de la Bibliothèque Champlain. Photo contribution: Annie Desjardins

EXCLUSIF

Un étudiant de 31 ans armé d’un bâton de baseball a été arrêté sur le campus de Moncton, mardi avant-midi, par la Gendarmerie royale du Canada.

Selon la GRC, l’homme était clairement en détresse psychologique et a été amené directement à l’hôpital Georges L.-Dumont où il est présentement interné.

L’alerte a été donnée mardi matin, lorsqu’un homme a été vu sur le campus, bâton à l’épaule. Le service de sécurité a alors envoyé des agents près de la bibliothèque Champlain.

Selon le directeur de ce service, Robert Beaudoin, l’homme était un étudiant. En entrevue avec Le Front, il affirme que le suspect semblait montrer des signes de troubles de santé mentale.

La GRC a été appelée en renfort vers 10h15. Trois auto-patrouilles se sont pointées sur place. L’étudiant a alors été arrêté.

«Ce n’est pas du jamais vu, c’est arrivé à quelques reprises cette année où nous avons ce genre d’incidents », affirme monsieur Beaudoin.

Josée Basque, étudiante de troisième année en information-communication, a assisté à la scène lorsqu’elle passait devant la bibliothèque Champlain.

Elle dit avoir vu deux policiers interroger l’individu muni du bâton de baseball, un homme aux cheveux roux.

Zoé Gagnon, étudiante en droit, a elle aussi été témoin de cet événement. Elle était assise au bord de la fenêtre de la faculté de droit lorsqu’elle a aperçu un agent de sécurité, un policier et un étudiant se dirigeant de la bibliothèque vers la faculté de droit.

Le policier avait le bâton de baseball dans les mains. Les trois hommes sont entrés dans la faculté de droit. Après qu’environ 15 minutes se soient écoulées, ils en sont ressortis.

L’étudiante en droit témoigne que l’homme roux a placé ses mains sur la voiture de la GRC tandis qu’il se faisait fouiller. Il est ensuite entré dans le véhicule des policiers.

Une plus forte présence d’agents de sécurité s’est fait ressentir sur le campus suite à l’événement.

 

Des étudiants inquiets

En entrevue avec Le Front, la présidente de la Fédération des étudiants et des étudiantes du Centre universitaire de Moncton, Roxann Guerrette, constate qu’il y a des lacunes dans le fonctionnement des services de psychologie de l’Université de Moncton.

«Nos services de psychologies ne sont pas adéquats. Deux mois d'attente résultent à des évènements de ce genre », affirme-t-elle.

La présidente ajoute que l'Université de Moncton et le gouvernement du Nouveau-Brunswick devraient s'attarder davantage à ce problème puisque le taux de suicide est un des plus élevés chez les jeunes de 18 à 25 ans.

L'assurance des étudiants de l'Université de Moncton ne couvre pas les services de psychologie externe.

 

Partagez!