Par Nous Pour Nous entame sa quatrième édition

Le festival Par Nous Pour Nous entame sa quatrième année. Photo : Symbiose / Hil LeFrank

Le festival Par Nous Pour Nous revient au Bar Le Coude du campus de Moncton cette semaine. L’événement organisé par l’association étudiante Symbiose réunit plusieurs sphères du milieu culturel local, se voulant ouvert à la communauté.

C’est la quatrième année consécutive pour le festival, mais la préparation a été plus difficile cette année, indique Kevin White, fondateur du festival et membre du conseil d’administration de Symbiose.

« On avait 20 000 $ l’an passé, cette année on a 500 », indique-t-il.

Malgré un plus petit budget, il y aura tout de même du nouveau par rapport à l’an dernier. Le premier événement, à 19h mardi soir, sera une soirée de poésie gratuite organisée par la revue Ancrages, intitulée « De la plume au micro ».

Grâce aux expériences des autres années, Kevin White pense que ce format sera mieux adapté au festival.

« Cette année on a appris de nos leçons, on a laissé la typique soirée poésie pour faire une soirée « slam », mais on aura toujours une soirée de poésie participative avec Ancrages. »

Cette soirée slam à la formule « open mic » sera animée par la poète Céleste Godin, dès 19 h 30. Le groupe de jazz Live Lobsters Orchestra va conclure la soirée.

Vendredi : art, discussion et spectacle de rock

Le groupe de Québec CARAVANE conclura la soirée de vendredi. Photo : CARAVANE Musique

La dernière représentation, un spectacle de rock, aura lieu ce vendredi avec le groupe CARAVANE comme tête d’affiche. Ils seront précédés par les des formations Félix et Suit and Tie.

Comme les autres années, de l’art en direct sera créé lors du spectacle.

Un 5 à 7 aura lieu vendredi, décrit par Kevin White comme un événement de réseautage « Green Drinks » entre les étudiants et la communauté.

L’événement de l’an passé finaliste au gala Bleu et Or

Le festival Par Nous Pour Nous 2017 est sélectionné pour la catégorie « Événement de l’année » au gala Bleu et Or du campus de Moncton. Il figure aux côtés du spectacle du Département d’art dramatique « La Grange aventure » et les « Jammers du campus ».

Les prix seront décernés jeudi et un « after-party » suivra dans le cadre du festival « Par Nous Pour Nous » 2018.

Un legs environnemental et culturel

Kevin White est satisfait des quatre années du festival. « On a beaucoup de personnalités qui ont éclos, on a un mouvement qui se passe », indique l’organisateur.

Des images ont été tournées l’an passé, par une équipe de tournage intéressée par le milieu culturel local. « Il y’a du monde qui est intéressé, mais le projet n’est pas encore sur ses rails comme il faut. Ç’a été laissé de côté en raison des déboires de Symbiose. »

À LIRE : En pleine reconstruction, Symbiose espère garder le cap

Kevin White note que la participation au comité d’organisation a été moins grande cette année. Les fonds ont été donnés par le bar Le Coude, le Service des loisirs socioculturels et par Tristian Gaudet, président sortant de la FÉÉCUM.

« Cette année on voulait mettre une emphase particulière sur l’environnement et donner une tournure plus verte, explique Kevin White. Là c’est la troisième année sur 4 que Symbiose l’organise, mais on a jamais pris une tournure environnementale. Le rôle de l’association dans l’organisme était resté vague. »

L’artiste Hillary LeFrank a créé l’image visuelle du festival, une série de dessins en noir et blanc ayant la nature pour thème.

Des tables rondes sur l’environnement ont déjà été tenues au festival, mais Kevin White veut miser davantage sur celles-ci dans les années à venir. Photo : Archives Samuel LeGresley

En effet, Kevin White veut mettre davantage l’accent sur l’environnement pour les années à venir, pour recentrer sur la mission de l’organisme. « Il faut rendre le campus plus vert, pour continuer le travail entamé depuis 30 ans par Symbiose. »

Partagez!