Parc ou park?

 

Le parc René-Arthur Fréchet a été renommé le parc Braemar le 5 décembre 2016 par le conseil municipal de Moncton à la demande d’une protestation de quelques résidents du quartier Sunny Brae. Ce changement d’appellation, qui s’est fait très rapidement, a rendu la population francophone fort choquée et avec raison.

 

Premièrement, qui était-il?

 

René-Arthur Fréchet, né le 6 janvier 1879, était un Acadien et Monctonien par choix qui a grandement contribué à la société néo-brunswickoise et à l’avancement de la Ville de Moncton. Il a notamment été conseiller municipal pour le quartier 2 de Moncton en 1925, ainsi que conseiller général en 1927. Par la suite, il a assumé les fonctions de maire suppléant, dont il est important de noter qu’il est le premier francophone à prendre ce poste pour la municipalité. Il était aussi membre du conseil d’administration de l’aéro-club de Moncton, organisme formé en 1928 afin de favoriser la construction d’un aéroport.

M. Fréchet était un architecte de renommée, reconnu pour ses nombreuses et impressionnantes réalisations dans les provinces maritimes et ailleurs au Canada. Parmi ses plus grandes œuvres pour la Ville de Moncton, il a conçu le Théâtre Capitol, le Manoir de Moncton et l’édifice Taillon de l’université. Ailleurs, pour n’en nommer que quelques-uns, on lui doit l’église St-Bernard en Nouvelle-Écosse, l’église-souvenir du Lieu historique national de Grand-Pré (désigné en 2012 comme site du patrimoine mondial par l’UNESCO), les églises de Pacquetville, de Tracadie, de Charlo et de Saint-Antoine, ainsi que le collège et l’école secondaire de Bathurst. En 1919, il a fait une esquisse et peut-être aussi une maquette pour le chemin de fer Dominion Atlantic. René-Arthur Fréchet est aussi le fondateur du Maritime Association of Architects, créé en 1927.

 

Pour voir la liste (incomplète) de ses réalisations :

http://dictionaryofarchitectsincanada.org/node/1576

 

La contribution de René-Arthur Fréchet est effectivement d’une importance significative, surtout pour la population francophone de la communauté. Il est donc injuste de voir que quelques dizaines de résidents anglophones d’un quartier ont le pouvoir de retirer son nom. Comme argument, ces protestants ont déclaré que cette appellation n’était pas appropriée puisque M. Fréchet n’était pas lié avec l’histoire du parc. Avec cette logique, on devrait se demander si chaque nom de chaque parc, de chaque rue ou de n’importe quoi soit en lien avec le personnage qu’il honore. Le parc Gérald-Leblanc pourrait bien être une prochaine victime potentielle dans ce cas!

 

Déjà qu’il s’y trouve peu de monuments ou de noms de rues et de parcs nommés en l’honneur de francophones et/ou d’Acadiens, la Ville de Moncton a rapidement cédé pour en ajouter un autre anglophone à sa liste. Les conseillers municipaux de Moncton ont comme mission de trouver un équilibre raisonnable pour le bilinguisme officiel de la municipalité et tous, sauf Paulette Thériault et Pierre Boudreau, ont failli à la tâche. En préférant satisfaire la majorité de langue anglaise, ce parc maintenant devenu Braemar, qui portait son nom depuis quatre ans déjà, est une injustice commise pour apaiser rapidement les protestants et qui, on le sait bien, sera plus facilement acceptée par la majorité.

 

Au nom de la démocratie, tu dis? *laughs in french* (pour faire sur que tu comprends)

 

Pour plus d’informations sur qui était René-Arthur Fréchet :

http://www.acadienouvelle.com/mon-opinion/2017/01/19/etait-rene-arthur-frechet/

Partagez!
Advertisment ad adsense adlogger