Partenariat inédit entre le collège McKenzie et l’AÉÉICUM

AM_Partenariat_McKenzie_AEEICUM-16Septembre2015_1_1

Jesse Kerpan (à gauche) coordonnateur du secteur langues du collège McKenzie et Emilie Peltier (à droite) directrice de l’Alliance France. Photo : Abdoul Moumine, Le Front

C’est une première dans l’histoire de l’AÉÉICUM, l’Association des étudiants et étudiantes internationaux du campus de Moncton. L’institution, à travers son président Christian Kalandé, a joint les manches pour offrir, en partenariat avec le Collège McKenzie, des cours d’anglais dans un cadre convivial.

Le 1er septembre dernier s’est tenue, dans les enceintes du Collège McKenzie au 100 rue Cameron, une journée portes-ouvertes concernant la section langues de cet établissement. Ce fut l’occasion de mettre en exergue leur récent partenariat avec l’Alliance Française, un organisme axé sur la promotion du Français, ainsi que l’AÉÉICUM. De par la promotion « Bouche à oreille, Anglais pour réussir », ils offrent, à tous les étudiants du campus universitaire de Moncton, un programme d’apprentissage de l’anglais durant la session d’automne, 2h par semaine, le tout pour un coût de 400$.

Le comment du pourquoi ?

«De par mon expérience pratique, j’ai constaté que les étudiants avaient un problème avec l’anglais. C’est vrai qu’on prend des cours d’anglais au Campus, mais cela s’arrête là. C’est dans un cadre bien défini. Or, il y a l’anglais plus pratique, l’anglais du quotidien qui manque crucialement. Il y a une forte demande de ce côté-ci», dit Christian Kalandé.

Jesse Kerpan, coordonnateur du secteur de langues du Collège McKenzie, n’a pas manqué de souligner la particularité linguistique de la ville du Grand Moncton : « Je pensais que la ville était francophone. En fait, la ville de Dieppe est majoritairement francophone, à Riverview, on parle plutôt anglais et Moncton est plus ou moins bilingue. Clairement, il y a un regain d’intérêt pour les deux langues dans la région ».

De plus, jouissant d’un nouveau dynamisme, l’association compte organiser une série d’activités dans la région qui pourraient impliquer un public anglophone, ce qui pourrait partiellement exclure la communauté étudiante étrangère. Monsieur Christian Kalandé a estimé que ce n’était pas juste. C’est donc dans une logique utilitaire, mais aussi par pure nécessité, que l’AÉÉICUM s’associe au Collège pour offrir des cours.

Un projet de longue date.

Il s’agit en réalité d’un effort conjugué des deux partis. Pendant très longtemps, conscients de l’énorme potentiel des universitaires, particulièrement ceux de l’Université de Moncton, McKenzie College a voulu nouer un partenariat avec ladite institution. « Malheureusement, c’est sans compter le refus, ou tout simplement la négligence de la sphère gouvernante, face à nos requêtes » rappelle le coordonnateur. On peut comprendre cela pour des raisons liées au conflit d’intérêts. À cela, il faut ajouter qu’une telle idée provient en fait de l’ancien bureau de l’AÉÉICUM, chapeauté par Hervé Gbeddjii. Christian Kalandé, le nouveau président, a donc pris le dessus en matérialisant l’idée.

L’anglais, pour quoi faire ?

D’après Jesse Kerpan, ces cours d’anglais ont un intérêt grandiose dans la vie quotidienne. Mais, il ajoute aussi qu’il y a une nouvelle dimension qui s’est dessinée au fil des ans au Nouveau-Brunswick. Les entreprises ont pris conscience que le bilinguisme pourrait être un atout dans le monde professionnel. C’était un enjeu qui existait depuis longtemps, mais qui n’était pas clairement expliqué et les avantages du bilinguisme sont affirmés de plus en plus et pressentis dans les curriculums vitae.

Selon Christian Kalandé, ce partenariat n’est que le début d’une longue liste. Eu égard le degré de participation et de motivation, il se pourrait qu’une telle opportunité réapparaisse en hiver et même en été. Les inscriptions se font au bureau de l’AÉÉICUM et se poursuivent jusqu’au 18 septembre. L’horaire des cours sera déterminé sur la base d’un sondage.

AM_Partenariat_McKenzie_AEEICUM-16Septembre2015_2_3

Christian Kalandé, président en exercice de l’AÉÉICUM. Photo : Abdoul Moumine, Le Front

Author Details
Un passionné d’informatique pris d’un amour fou pour l’écriture. A travers les mots, on peut éduquer.
Partagez!